Évangile L'argent trompeur

  1. Évangile L'argent trompeur
  2. Méditation L'économe infidèle
  3. 1ère lecture Les mauvais riches
  4. Psaume Béni sois-tu Seigneur, toi qui relèves le pauvre
  5. 2ème lecture La prière universelle
  6. Chant Jour du Seigneur, jour d'allégresse

L’Esprit avec nous pour toujours

1ère lecture : Ac 2, 1-11
Psaume : Ps 103 (104), 1ab.24ac, 29bc-30, 31.34
2ème lecture : Rm 8, 8-17
Evangile : Jn 14, 15-16.23b-26

dimanche 09 juin 2019

Pentecôte
Solennité
Évangile

L’Esprit Saint vous enseignera tout

Jn 14, 15-16.23-26

Écouter

En ce temps-là, Jésus disait à ses disciples : « Si vous m’aimez, vous garderez mes commandements. Moi, je prierai le Père, et il vous donnera un autre Défenseur qui sera pour toujours avec vous.
Si quelqu’un m’aime, il gardera ma parole ; mon Père l’aimera, nous viendrons vers lui et, chez lui, nous nous ferons une demeure. Celui qui ne m’aime pas ne garde pas mes paroles.
Or, la parole que vous entendez n’est pas de moi : elle est du Père, qui m’a envoyé. Je vous parle ainsi, tant que je demeure avec vous ; mais le Défenseur, l’Esprit Saint que le Père enverra en mon nom, lui, vous enseignera tout, et il vous fera souvenir de tout ce que je vous ai dit. »

Méditation

Se convertir à la vie de l'Esprit

Écouter

Le don des langues, reçu par l’Esprit Saint le jour de la Pentecôte, permet à chaque homme tel qu’il est de confesser le Christ.

Dans la scène originaire de la Pentecôte, l’Esprit Saint arrivant aux disciples leur fait le don des langues. Aussitôt ils annoncent « les merveilles de Dieu » aux gens des nations qui sont là et tous les entendent dans leur propre langue. Et si l’Esprit saint fait aux disciples ce don des langues, c’est justement pour que chacun puisse entendre dans sa langue les merveilles de Dieu et se voie appelé non seulement en des mots qu’il puisse comprendre mais de l’intérieur de sa propre culture « à la conversion qui fait entrer dans la vie ». Plus loin dans le récit, nous apprenons ainsi qu' »entendre dans sa langue », c’est en particulier continuer de se nourrir avec les aliments jugés purs, c’est-à-dire symboliquement comestibles, par sa propre culture. Pour le dire autrement, dans les termes de la vie de l’Eglise qui s’inaugure ici, le baptême d’eau et d’Esprit saint qui marque l’entrée dans la foi chrétienne, n’engage pas à quitter sa propre condition culturelle. Etre chrétien ne consiste pas en une manière bien définie de manger, de s’habiller, de se divertir, de travailler, d’étudier, de consommer, de voter. Pas non plus dans une façon, la même pour tous, de prier, de célébrer, d’exprimer la foi. L’Esprit saint ne détruit pas les multiples formes de vie, où la vie du Christ vient se greffer par la foi, mais il opère néanmoins une brèche en elles. La brèche où la foi justement peut venir se greffer. Une identité culturelle, familiale, sociale et même religieuse, sans autre horizon qu’elle-même devient en effet pour l’homme une prison, où son désir de Dieu étouffe. L’Esprit saint qui met toujours en mouvement et pousse à franchir les frontières, ouvre sans cesse celui qu’Il conduit à des horizons de vie plus vastes, où son existence est au large et peut respirer en Dieu.

Vidéo de la semaine

La colombe de Braque

La colombe est l’un des symboles de l’Esprit Saint. Il est bien difficile de représenter un esprit ! Les plus grands artistes y sont magnifiquement parvenus grâce à la colombe, présence douce, paisible et gracieuse de Dieu dans notre monde.

Enseignement

Comment lire un psaume ?

Dans la liturgie de la Parole, le psaume est souvent le parent pauvre ! Le frère Pierre nous éclaire sur l’origine, le style littéraire et la profondeur théologique de ce livre biblique. C’est le livre de l’Ancien Testament le plus souvent cité par le Christ !

Pour les enfants

La pentecôte

Après la colombe dont nous parle l’Evangile, l’Esprit Saint prend la forme d’un violent coup de vent et de curieuses « langues de feu » qui flottent sur la tête des apôtres. L’Esprit Saint donne donc la joie aux apôtres et le don de la communion puisqu’ils parlent de Jésus avec le monde entier.

Coloriage à imprimer Voir la vidéo
Chant

La parole et l'Esprit

Refrain : Bénie sois-tu Vierge Marie,
Par toi vient Le Seigneur !

La Parole et l’Esprit ont fécondé la terre où germe la semence du Royaume ;
dans le silence et dans la paix mûrit le fruit de la promesse :

L’Esprit te couvre de son ombre, tu accueilles en toi la rosée du ciel.

Le Verbe s’est fait chair, l’homme devient fils de Dieu.

Déjà les temps sont accomplis : au loin blanchissent les moissons.

Paroles : Jean Bihan et Serge Kerrien
Musique : Thierry Escaich

1ère lecture

Tous furent remplis d’Esprit Saint et se mirent à parler en d’autres langues

Ac 2, 1-11

Écouter

Quand arriva le jour de la Pentecôte, au terme des cinquante jours après Pâques, ils se trouvaient réunis tous ensemble. Soudain un bruit survint du ciel comme un violent coup de vent : la maison où ils étaient assis en fut remplie tout entière.
Alors leur apparurent des langues qu’on aurait dites de feu, qui se partageaient, et il s’en posa une sur chacun d’eux. Tous furent remplis d’Esprit Saint : ils se mirent à parler en d’autres langues, et chacun s’exprimait selon le don de l’Esprit.
Or, il y avait, résidant à Jérusalem, des Juifs religieux, venant de toutes les nations sous le ciel. Lorsque ceux-ci entendirent la voix qui retentissait, ils se rassemblèrent en foule. Ils étaient en pleine confusion parce que chacun d’eux entendait dans son propre dialecte ceux qui parlaient.
Dans la stupéfaction et l’émerveillement, ils disaient : « Ces gens qui parlent ne sont-ils pas tous Galiléens ? Comment se fait-il que chacun de nous les entende dans son propre dialecte, sa langue maternelle ? Parthes, Mèdes et Élamites, habitants de la Mésopotamie, de la Judée et de la Cappadoce, de la province du Pont et de celle d’Asie, de la Phrygie et de la Pamphylie, de l’Égypte et des contrées de Libye proches de Cyrène, Romains de passage, Juifs de naissance et convertis, Crétois et Arabes, tous nous les entendons parler dans nos langues des merveilles de Dieu. »

Psaume

Envoie ton Esprit Seigneur, et tout sera créé

Psaume 103

Écouter

Refrain : Envoie ton Esprit Seigneur et tout sera créé
tu renouvelleras la face de la terre !

Bénis le Seigneur, ô mon âme ;
Seigneur mon Dieu, tu es si grand !
Quelle profusion dans tes œuvres, Seigneur !
la terre s’emplit de tes biens.

Tu reprends leur souffle, ils expirent
et retournent à leur poussière.
Tu envoies ton souffle : ils sont créés ;
tu renouvelles la face de la terre.

Gloire au Seigneur à tout jamais !
Que Dieu se réjouisse en ses œuvres !
Que mon poème lui soit agréable ;
moi, je me réjouis dans le Seigneur.

2ème lecture

Tous ceux qui se laissent conduire par l’Esprit de Dieu, ceux-là sont fils de Dieu

Rm 8, 8-17

Écouter

Frères, ceux qui sont sous l’emprise de la chair ne peuvent pas plaire à Dieu. Or, vous, vous n’êtes pas sous l’emprise de la chair, mais sous celle de l’Esprit, puisque l’Esprit de Dieu habite en vous. Celui qui n’a pas l’Esprit du Christ ne lui appartient pas. Mais si le Christ est en vous, le corps, il est vrai, reste marqué par la mort à cause du péché, mais l’Esprit vous fait vivre, puisque vous êtes devenus des justes.
Et si l’Esprit de celui qui a ressuscité Jésus d’entre les morts habite en vous, celui qui a ressuscité Jésus, le Christ, d’entre les morts donnera aussi la vie à vos corps mortels par son Esprit qui habite en vous. Ainsi donc, frères, nous avons une dette, mais elle n’est pas envers la chair pour devoir vivre selon la chair.
Car si vous vivez selon la chair, vous allez mourir ; mais si, par l’Esprit, vous tuez les agissements de l’homme pécheur, vous vivrez. En effet, tous ceux qui se laissent conduire par l’Esprit de Dieu, ceux-là sont fils de Dieu. Vous n’avez pas reçu un esprit qui fait de vous des esclaves et vous ramène à la peur ; mais vous avez reçu un Esprit qui fait de vous des fils ; et c’est en lui que nous crions « Abba ! », c’est-à-dire : Père !
C’est donc l’Esprit Saint lui-même qui atteste à notre esprit que nous sommes enfants de Dieu. Puisque nous sommes ses enfants, nous sommes aussi ses héritiers : héritiers de Dieu, héritiers avec le Christ, si du moins nous souffrons avec lui pour être avec lui dans la gloire. –