1ère lecture La manne au désert

  1. 1ère lecture La manne au désert
  2. Méditation Mann hou ?
  3. Psaume Donne-nous, Seigneur, le pain du ciel
  4. 2ème lecture L'homme nouveau
  5. Évangile Le pain venu du ciel

Grandir

1ère lecture : Ez 17,22-24
Psaume : Ps 91,2-3.13-16
2ème lecture : 2 Co 5,6-10
Evangile : Mc 4,26-34

dimanche 13 juin 2021

11ème dimanche ordinaire
Évangile

La semence du royaume

Mc 4,26-34

Écouter

En ce temps-là, parlant à la foule, Jésus disait : « Il en est du règne de Dieu comme d’un homme qui jette en terre la semence : nuit et jour, qu’il dorme ou qu’il se lève, la semence germe et grandit, il ne sait comment. D’elle-même, la terre produit d’abord l’herbe, puis l’épi, enfin du blé plein l’épi. Et dès que le blé est mûr, il y met la faucille, puisque le temps de la moisson est arrivé. »
Il disait encore : « À quoi allons-nous comparer le règne de Dieu ? Par quelle parabole pouvons-nous le représenter ? Il est comme une graine de moutarde : quand on la sème en terre, elle est la plus petite de toutes les semences. Mais quand on l’a semée, elle grandit et dépasse toutes les plantes potagères ; et elle étend de longues branches, si bien que les oiseaux du ciel peuvent faire leur nid à son ombre. »
Par de nombreuses paraboles semblables, Jésus leur annonçait la Parole, dans la mesure où ils étaient capables de l’entendre. Il ne leur disait rien sans parabole, mais il expliquait tout à ses disciples en particulier.

Méditation

Un arbre hospitalier

Écouter

« Quand est-ce qu’on arrive ? J’ai faim ! » L’oisillon s’impatiente, parti tôt le matin, avec toute sa famille. A peine sorti du nid, et déjà embarqué dans un vol au long cours. « Juste une petite pause alors. » Sur un champ à peine ensemencé ils se posent et s’ébrouent. L’oisillon n’en croit pas ses yeux qu’il frotte énergiquement à tire d’ailes : « que de graines ! » et se met à picorer.
« Malheureux ! dit sa mère, arrête cela de suite ! » « Mais maman, toutes ces graines, c’est providentiel ! » « Prends patience. Plus tard tu comprendras ». Soudain, le soleil lève, dardant droit ses rayons. Le vent du sud mugit, drainant une mer de sable sur la plaine dénudée. L’oisillon a peur. « Allons, dit le père, nous repartons ! »
Bien des années plus tard, l’oisillon déjà grand survole la même campagne. Le vent se lève brûlant comme le soleil. Inquiet le jeune père regarde ses petits. « Trouvons vite un refuge ! » Et soudain, dessous lui, au milieu de la plaine, un arbre magnifique aux branches étendues.
Bien des siècles plus tard, la ville avait poussé. Et l’arbre gigantesque fut abattu d’un coup. Un vieil homme à qui jadis appartenaient les terres en avait taillé deux poutres superbes. De nuit, il les planta au carrefour où autrefois s’élevait le bel arbre. La croix, resplendissante, dominait alentour. « Tiens, dit un voisin, as-tu vu ce matin au calvaire ? » « Non », dit l’ancien. « Une famille d’alouettes y a fait sa demeure ! »

Extrait de Signes dans la Bible (2014-2015)

1ère lecture

L'arbre planté par Dieu

Ez 17,22-24

Écouter

Ainsi parle le Seigneur Dieu : « À la cime du grand cèdre, je prendrai une tige ; au sommet de sa ramure, j’en cueillerai une toute jeune, et je la planterai moi-même sur une montagne très élevée. Sur la haute montagne d’Israël je la planterai. Elle portera des rameaux, et produira du fruit, elle deviendra un cèdre magnifique. En dessous d’elle habiteront tous les passereaux et toutes sortes d’oiseaux, à l’ombre de ses branches ils habiteront. Alors tous les arbres des champs sauront que Je suis le Seigneur : je renverse l’arbre élevé et relève l’arbre renversé, je fais sécher l’arbre vert et reverdir l’arbre sec. Je suis le Seigneur, j’ai parlé, et je le ferai. »

Enseignement

Lire la parole de Dieu en paysan

Le frère Alexandre nous explique pourquoi il y a tant d’images bucoliques et agricoles dans la Bible. Ce n’est pas seulement parce que la société du temps des prophètes et de Jésus était paysanne, plus profondément c’est parce que Dieu veut utiliser un langage qui transcende les époques. A nous de redécouvrir les charmes simples de la nature !

Psaume

Il est bon, Seigneur, de chanter pour toi

Ps 91,2-3.13-16

Écouter

Il est bon, Seigneur, de chanter pour toi

Qu’il est bon de rendre grâce au Seigneur,
de chanter pour ton nom, Dieu Très-Haut,
d’annoncer dès le matin ton amour,
ta fidélité, au long des nuits.

Le juste grandira comme un palmier,
il poussera comme un cèdre du Liban ;
planté dans les parvis du Seigneur,
il grandira dans la maison de notre Dieu.

Vieillissant, il fructifie encore,
il garde sa sève et sa verdeur
pour annoncer : « Le Seigneur est droit !
Pas de ruse en Dieu, mon rocher ! » 

Interprété par le Choeur Saint Ambroise, Paris

2ème lecture

Nous habiterons chez le Seigneur

2 Co 5,6-10

Écouter

Frères, nous gardons toujours confiance, tout en sachant que nous demeurons loin du Seigneur, tant que nous demeurons dans ce corps ; en effet, nous cheminons dans la foi, non dans la claire vision. Oui, nous avons confiance, et nous voudrions plutôt quitter la demeure de ce corps pour demeurer près du Seigneur. Mais de toute manière, que nous demeurions dans ce corps ou en dehors, notre ambition, c’est de plaire au Seigneur. Car il nous faudra tous apparaître à découvert devant le tribunal du Christ, pour que chacun soit rétribué selon ce qu’il a fait, soit en bien soit en mal, pendant qu’il était dans son corps.

Pour les enfants

Est-ce que Dieu est un super héros ?

On dit toujours que Dieu peut tout, il a donc des supers pouvoirs, comme Superman ou Harry Potter ? Theobule a posé cette question au frère Olivier.

Coloriage à imprimer Voir la vidéo
Chant

Chez nous, soyez Reine

Chez nous, soyez Reine,
nous sommes à vous,

Régnez en souveraine
Chez nous, chez nous.
Soyez la madone
qu’on prie à genoux,

Qui sourit et pardonne,
Chez nous, chez nous.

Salut, brillante Étoile
Qui nous montrez les cieux !
Par vous Dieu se dévoile :
Jetez sur nous les yeux.

Brisez, Reine bénie,
les chaînes du pécheur ;
portez lumière et vie
Dans l’ombre de son cœur.

Vous êtes notre Mère,
Daignez à votre fils
Offrir l’humble prière
De vos enfants chéris.

Gardez, ô Vierge pure,
Ô Cœur doux entre tous,
Nos âmes sans souillure,
Nos cœurs vaillants et doux.

Que notre chaste vie
soit digne des élus, ;
Notre âme, un jour, ravie
au ciel, verra Jésus.

Interprété par la Chorale du Pèlerinage du Rosaire

T : L.Benoit et M.Combe
M : Chanoine Huel
H : Y.Castagnet/M.Floret