Évangile Doux et humble de cœur

  1. Évangile Doux et humble de cœur
  2. Méditation De curieux ignorants
  3. 1ère lecture Le Messie qui vient est un roi humble
  4. Psaume Je bénirai ton nom, Seigneur
  5. 2ème lecture L'Esprit du Christ est en nous

Le pain pour la vie éternelle

1ère lecture : Dt 8, 2-3.14b-16a
Psaume : Ps 147
2ème lecture : 1Co 10, 16-17
Evangile : Jn 6, 51-58

dimanche 14 juin 2020

Fête du Corps et du Sang du Christ
1ère lecture

Dieu nourrit son peuple

Dt 8, 2-3.14b-16a

Écouter

Moïse disait au peuple d’Israël : « Souviens-toi de la longue marche que tu as faite pendant quarante années dans le désert ; le Seigneur ton Dieu te l’a imposée pour te faire passer par la pauvreté ; il voulait t’éprouver et savoir ce que tu as dans le cœur : allais-tu garder ses commandements, oui ou non ? Il t’a fait passer par la pauvreté, il t’a fait sentir la faim, et il t’a donné à manger la manne – cette nourriture que ni toi ni tes pères n’aviez connue – pour que tu saches que l’homme ne vit pas seulement de pain, mais de tout ce qui vient de la bouche du Seigneur. N’oublie pas le Seigneur ton Dieu qui t’a fait sortir du pays d’Égypte, de la maison d’esclavage. C’est lui qui t’a fait traverser ce désert, vaste et terrifiant, pays des serpents brûlants et des scorpions, pays de la sécheresse et de la soif. C’est lui qui, pour toi, a fait jaillir l’eau de la roche la plus dure. C’est lui qui, dans le désert, t’a donné la manne – cette nourriture inconnue de tes pères. »

Méditation

Ne nous lâche pas

Écouter

Je voudrais ne jamais t’oublier. Te remercier d’avoir mis sur mes pas des hommes et des femmes de bienveillance et de bonté, qui sont ma joie. Te dire du plus profond de mes entrailles que je ne regrette rien. Que tout est bien ainsi. Même les larmes, même la peur au ventre, même les incertitudes qui me font crier vers toi. Je voudrais te le dire en secret, et ne l’imposer à personne, mais oui, mon Dieu, tout est bien avec toi.
Je ne comprends pourtant rien aux heures de nuit. Mais tu le sais, car je te l’ai assez dit. Je ne comprends surtout pas la peine que doivent porter ceux qui peinent déjà trop, ceux pour qui l’épreuve est trop longue, et la nuit trop épaisse. Je voudrais tant que tu irrigues leur soif, que tu aplanisses les monts arides et que tu adoucisses les déserts. Je ne comprends pas qu’il faille quarante ans pour traverser ce désert bizarre, cette étendue si petite finalement, que l’on pourrait le faire en cinq jours. A moins que ce ne soit pour apprendre ton pas… Car je sais de toute la force de ma petite foi que tu es là, dans ce désert, plus assoiffé que moi, plus fatigué que moi, plus inquiet que moi, plus perdu que moi, toi mon Dieu, perdu volontairement chez les hommes perdus, pour les trouver.
Je ne sais pas où tu nous emmènes, mais cela m’est égal si c’est avec toi, et tous ensemble que nous y allons. Ma maison, ce sont ceux que j’aime, et ma maison, c’est toi. Ô mon Dieu voyageur, ne nous lâche pas !
Et toi mon frère lecteur, compagnon de ces marches, sois sûr que notre grand Dieu tient ta main bien fort, surtout lorsqu’elle tremble. Oui, sois sûr !

Extrait de Signes dans la bible (2014-2015)

Évangile

Le pain que je donnerai, c’est ma chair, pour la vie du monde

Jn 6, 51-58

Écouter

En ce temps-là, Jésus disait aux foules des Juifs : « Moi, je suis le pain vivant, qui est descendu du ciel : si quelqu’un mange de ce pain, il vivra éternellement. Le pain que je donnerai, c’est ma chair, donnée pour la vie du monde. » Les Juifs se querellaient entre eux : « Comment celui-là peut-il nous donner sa chair à manger ? » Jésus leur dit alors : « Amen, amen, je vous le dis : si vous ne mangez pas la chair du Fils de l’homme, et si vous ne buvez pas son sang, vous n’avez pas la vie en vous. Celui qui mange ma chair et boit mon sang a la vie éternelle ; et moi, je le ressusciterai au dernier jour. En effet, ma chair est la vraie nourriture, et mon sang est la vraie boisson. Celui qui mange ma chair et boit mon sang demeure en moi, et moi, je demeure en lui. De même que le Père, qui est vivant, m’a envoyé, et que moi je vis par le Père, de même celui qui me mange, lui aussi vivra par moi. Tel est le pain qui est descendu du ciel : il n’est pas comme celui que les pères ont mangé. Eux, ils sont morts ; celui qui mange ce pain vivra éternellement. »

Enseignement

"Jésus prit du pain"

Le nom originel de l’Eucharistie, c’est la fraction du pain. Le frère Jean-Pierre Brice Olivier montre la noblesse bouleversante de ce pain tout simple rompu et partagé. Il a choisi d’illustrer la Cène par cette œuvre où les acteurs porteurs de trisomie 21 manifestent eux aussi cette noblesse bouleversante de la simplicité. 

Psaume

Le Seigneur a rassemblé les enfants de l’Église

Ps 147 (147 B), 12-13, 14-15, 19-20

Écouter

Le Seigneur a rassemblé les enfants de l’Église
à la table de son royaume

Glorifie le Seigneur, Jérusalem !
Célèbre ton Dieu, ô Sion !
Il a consolidé les barres de tes portes,
dans tes murs il a béni tes enfants.

Il fait régner la paix sur tes frontières,
et d’un pain de froment te rassasie.
Il envoie sa parole sur la terre :
rapide, son verbe la parcourt.

Il révèle sa parole à Jacob,
ses volontés et ses lois à Israël.
Pas un peuple qu’il ait ainsi traité ;
nul autre n’a connu ses volontés. 

2ème lecture

Le sacrement de l’unité

1Co 10, 16-17

Écouter

Frères, la coupe de bénédiction que nous bénissons, n’est-elle pas communion au sang du Christ ? Le pain que nous rompons, n’est-il pas communion au corps du Christ ? Puisqu’il y a un seul pain, la multitude que nous sommes est un seul corps, car nous avons tous part à un seul pain.

Pour les enfants

Que se passe-t-il à la messe ?

Le frère Nicolas nous décrit tous les grands moments de la messe et nous invite à y aller !

Coloriage à imprimer Voir la vidéo
Chant

O Vrai Corps de Jésus

O Vrai corps de Jésus,
Immolé pour nous sur la croix,
Toi dont le côté transpercé
laissa jaillir le sang et l’eau,
nous t’adorons, nous te contemplons,
fais nous goûter la joie du ciel
maintenant et au combat de la mort.

Ô doux Jésus, Ô fils de Marie,
Nous t’adorons et nous te contemplons,
Ô doux Jésus.

Interprété par Choeur dans la ville

P : d’après l’Ave Verum Corpus
M : Tanguy Dionis du Séjour
Ed DAC