Évangile Doux et humble de cœur

  1. Évangile Doux et humble de cœur
  2. Méditation De curieux ignorants
  3. 1ère lecture Le Messie qui vient est un roi humble
  4. Psaume Je bénirai ton nom, Seigneur
  5. 2ème lecture L'Esprit du Christ est en nous

Accueillons le don de Dieu !

1ère lecture : Ex 17,3-7
Psaume : Ps 94 (95),1-2,6-7ab,7d-8a.9
2ème lecture : Rm 5, 1-2.5-8
Evangile : Jn 4, 5-15.19b-26.39a.40-42

dimanche 15 mars 2020

3ème dimanche du Carême
Évangile

Le don de l'eau vive

Jn 4, 5-15.19b-26.39a.40-42

Écouter

En ce temps-là, Jésus arriva à une ville de Samarie, appelée Sykar, près du terrain que Jacob avait donné à son fils Joseph. Là se trouvait le puits de Jacob. Jésus, fatigué par la route, s’était donc assis près de la source. C’était la sixième heure, environ midi. Arrive une femme de Samarie, qui venait puiser de l’eau. Jésus lui dit : « Donne-moi à boire. » – En effet, ses disciples étaient partis à la ville pour acheter des provisions. La Samaritaine lui dit : « Comment ! Toi, un Juif, tu me demandes à boire, à moi, une Samaritaine ? » – En effet, les Juifs ne fréquentent pas les Samaritains. Jésus lui répondit : « Si tu savais le don de Dieu et qui est celui qui te dit : ‘Donne-moi à boire’, c’est toi qui lui aurais demandé, et il t’aurait donné de l’eau vive. »
Elle lui dit : « Seigneur, tu n’as rien pour puiser, et le puits est profond. D’où as-tu donc cette eau vive ? Serais-tu plus grand que notre père Jacob qui nous a donné ce puits, et qui en a bu lui-même, avec ses fils et ses bêtes ? »
Jésus lui répondit : « Quiconque boit de cette eau aura de nouveau soif ; mais celui qui boira de l’eau que moi je lui donnerai n’aura plus jamais soif ; et l’eau que je lui donnerai deviendra en lui une source d’eau jaillissant pour la vie éternelle. »
La femme lui dit : « Seigneur, donne-moi de cette eau, que je n’aie plus soif, et que je n’aie plus à venir ici pour puiser. Je vois que tu es un prophète !… Eh bien ! Nos pères ont adoré sur la montagne qui est là, et vous, les Juifs, vous dites que le lieu où il faut adorer est à Jérusalem. »
Jésus lui dit : « Femme, crois-moi : l’heure vient où vous n’irez plus ni sur cette montagne ni à Jérusalem pour adorer le Père. Vous, vous adorez ce que vous ne connaissez pas ; nous, nous adorons ce que nous connaissons, car le salut vient des Juifs. Mais l’heure vient – et c’est maintenant – où les vrais adorateurs adoreront le Père en esprit et vérité : tels sont les adorateurs que recherche le Père. Dieu est esprit, et ceux qui l’adorent, c’est en esprit et vérité qu’ils doivent l’adorer. »
La femme lui dit : « Je sais qu’il vient, le Messie, celui qu’on appelle Christ. Quand il viendra, c’est lui qui nous fera connaître toutes choses. »
Jésus lui dit : « Je le suis, moi qui te parle. »
Beaucoup de Samaritains de cette ville crurent en Jésus. Lorsqu’ils arrivèrent auprès de lui, ils l’invitèrent à demeurer chez eux. Il y demeura deux jours.
Ils furent encore beaucoup plus nombreux à croire à cause de sa parole à lui, et ils disaient à la femme : « Ce n’est plus à cause de ce que tu nous as dit que nous croyons : nous-mêmes, nous l’avons entendu, et nous savons que c’est vraiment lui le Sauveur du monde. »

Méditation

La soif de la Samaritaine

Écouter

C’est la sixième heure. L’heure de la plus grande chaleur et de la plus grande soif. L’heure à laquelle Jésus sera conduit par Pilate devant la foule qui criera « Crucifie-le »*.
Une femme a soif, qui se cache des autres et vient en plein midi chercher à boire. Et toi, Dieu fatigué de nos fatigues, tu as soif. Elle a soif d’adorer en esprit et en vérité, elle cherche le Maître, car elle sait bien que ses différents maris ne sont que des maîtres de pacotille. Et toi, la source de toute vie, tu as soif de sa soif ; tu as faim de sa quête. Sa soif va la faire courir au village pour ramener tous ceux qu’elle aime près de toi. Aussi, le festin commence quand les Samaritains, et finalement chacun de nous, entendons Ta parole, seul pain qui vaille.
Si les disciples n’y comprennent rien, c’est qu’ils sont trop occupés avec leurs sandwichs poulet-cornichon, et ne voient pas l’alliance qui se noue devant leurs yeux, non plus seulement avec les Juifs mais avec tous !
Quand dans la Bible, un homme, de surcroît étranger, rencontre une femme au bord d’un puits, cela finit généralement par une invitation dans la famille de mademoiselle, suivie d’un repas et d’un mariage. Ici aussi, il s’agit bien de noces. Tes noces, Seigneur, avec tous les peuples. Tes noces, les nôtres. Des noces célébrées dans le temple de chair que tu construis, pierre avec pierre, cœur après cœur, en cet unique lieu d’adoration en esprit et en vérité : nos vies, de chair, de tendresse et de sang, irriguées de ta présence.

* Évangile de Jésus-Christ selon saint Jean, chapitre 19, verset 6

Extrait de Signes dans la Bible (2014-2015)

1ère lecture

Par Moïse, Dieu donne l'eau à son peuple

Ex 17, 3-7

Écouter

En ces jours-là, dans le désert, le peuple, manquant d’eau, souffrit de la soif. Il récrimina contre Moïse et dit : « Pourquoi nous as-tu fait monter d’Égypte ? Était-ce pour nous faire mourir de soif avec nos fils et nos troupeaux ? » Moïse cria vers le Seigneur : « Que vais-je faire de ce peuple ? Encore un peu, et ils me lapideront ! » Le Seigneur dit à Moïse : « Passe devant le peuple, emmène avec toi plusieurs des anciens d’Israël, prends en main le bâton avec lequel tu as frappé le Nil, et va ! Moi, je serai là, devant toi, sur le rocher du mont Horeb. Tu frapperas le rocher, il en sortira de l’eau, et le peuple boira ! » Et Moïse fit ainsi sous les yeux des anciens d’Israël.
Il donna à ce lieu le nom de Massa (c’est-à-dire : Épreuve) et Mériba (c’est-à-dire : Querelle), parce que les fils d’Israël avaient cherché querelle au Seigneur, et parce qu’ils l’avaient mis à l’épreuve, en disant : « Le Seigneur est-il au milieu de nous, oui ou non ? »

Enseignement

Les émotions de Jésus

Au bord du puits, Jésus a soif, il est fatigué. Est-ce à dire que Dieu ressent les mêmes émotions que nous ? Presque ! Mais ses émotions humaines sont le signe de sa passion pour notre salut.

Psaume

N'endurcissez pas votre coeur

Ps 94 (95), 1-2, 6-7ab, 7d-8a.9

Écouter

Aujourd’hui si vous entendez sa voix, n’endurcissez pas votre coeur

Venez, crions de joie pour le Seigneur,
acclamons notre Rocher, notre salut !
Allons jusqu’à lui en rendant grâce,
par nos hymnes de fête acclamons-le !

Entrez, inclinez-vous, prosternez-vous,
adorons le Seigneur qui nous a faits.
Oui, il est notre Dieu ;
nous sommes le peuple qu’il conduit.

Aujourd’hui écouterez-vous sa parole ?
« Ne fermez pas votre cœur comme au désert,
où vos pères m’ont tenté et provoqué,
et pourtant ils avaient vu mon exploit. » 

2ème lecture

L'amour de Dieu a été répandu dans nos cœurs

Rm 5, 1-2.5-8

Écouter

Frères, nous qui sommes devenus justes par la foi, nous voici en paix avec Dieu par notre Seigneur Jésus Christ, lui qui nous a donné, par la foi, l’accès à cette grâce dans laquelle nous sommes établis ; et nous mettons notre fierté dans l’espérance d’avoir part à la gloire de Dieu. Et l’espérance ne déçoit pas, puisque l’amour de Dieu a été répandu dans nos cœurs par l’Esprit Saint qui nous a été donné.
Alors que nous n’étions encore capables de rien, le Christ, au temps fixé par Dieu, est mort pour les impies que nous étions. Accepter de mourir pour un homme juste, c’est déjà difficile ; peut-être quelqu’un s’exposerait-il à mourir pour un homme de bien. Or, la preuve que Dieu nous aime, c’est que le Christ est mort pour nous, alors que nous étions encore pécheurs.

Pour les enfants

La Samaritaine

Jésus traverse la Samarie et demande à une femme de l’eau. Elle aussi a soif, elle n’a pas soif d’eau mais elle a soif d’être aimée… Découvrons avec elle de quel amour immense Dieu nous aime !

Coloriage à imprimer Voir la vidéo
Chant

O Dieu de toute grâces

Ô Dieu de toute grâce, Père de Jésus Christ,
Dans ce monde qui passe, tu nous donnes la vie,
Nous sommes tes enfants, veille sur nous, Seigneur
En Toi, Dieu tout puissant, la joie de notre cœur.

O Christ, notre lumière, notre soleil levant,
Fils bien aimé du Père, tu es le Dieu vivant ;
Soleil en notre nuit, dissipe nos péchés ;
Lumière en notre vie, prends-nous en ta clarté.

 

O Esprit Saint du Père et de son Fils Jésus,
Eau vive pour la terre, en nous tu es venu.
Irrigue notre cœur, tout au long de ce jour ;
En Toi notre bonheur, aujourd’hui et toujours.

 

 

Interprété par les frères dominicains