1ère lecture A l'appel du prophète, les païens se convertissent

  1. 1ère lecture A l'appel du prophète, les païens se convertissent
  2. Méditation La sirène des pompiers
  3. Évangile  Jésus invite les hommes à la conversion et appelle ses premiers Apôtres 
  4. Psaume Fais moi connaître tes chemins
  5. 2ème lecture Le monde passe : vivons ce temps pour le Seigneur
  6. Chant Lumière des hommes

Faire fructifier les dons du Seigneur

1ère lecture : Pr 31, 10-13.19-20.30-31
Psaume : Ps 127, 1-2, 3, 4.5c.6a
2ème lecture : 1Th 5, 1-6
Evangile : Mt 25, 14-30

dimanche 15 novembre 2020

33ème dimanche ordinaire
2ème lecture

Soyons vigilants pour attendre la venue du Seigneur

1Th 5, 1-6

Écouter

Pour ce qui est des temps et des moments de la venue du Seigneur, vous n’avez pas besoin, frères, que je vous en parle dans ma lettre. Vous savez très bien que le jour du Seigneur vient comme un voleur dans la nuit. Quand les gens diront : « Quelle paix ! quelle tranquillité ! », c’est alors que, tout à coup, la catastrophe s’abattra sur eux, comme les douleurs sur la femme enceinte : ils ne pourront pas y échapper. Mais vous, frères, comme vous n’êtes pas dans les ténèbres, ce jour ne vous surprendra pas comme un voleur. En effet, vous êtes tous des fils de la lumière, des fils du jour ; nous n’appartenons pas à la nuit et aux ténèbres. Alors, ne restons pas endormis comme les autres, mais soyons vigilants et restons sobres.

Méditation

Eveillé

Écouter

Demeure éveillé, le jour du Seigneur viendra dans la nuit, par surprise, et ce jour surprendra ceux qui sont dans les ténèbres. Saisissant temps de Dieu où le jour vient la nuit, et ce jour forcément surprend les ténèbres. Cependant, il ne peut pas frapper de stupeur celui qui vit dans la lumière. Vous n’êtes pas dans les ténèbres, ce jour ne vous surprendra pas comme un voleur. Le jour de Dieu ne peut pas étonner ni foudroyer celui qui attend et désire avec ardeur sa venue, celui qui est toujours prêt à la rencontre avec son Seigneur. La clarté du jour ne peut pas stupéfier la lumière, l’éclair est moins violent de jour que de nuit. Veillons pour être au cœur de la nuit comme des lampes signes qui indiquent et rassurent, qui jamais ne s’éteignent et font reculer les obscurités. Car Dieu ne nous a pas destinés à subir la colère, mais à entrer en possession du salut par notre Seigneur Jésus Christ, mort pour nous afin de nous faire vivre avec lui, que nous soyons en train de veiller ou de dormir *. La catastrophe s’abattra sur ceux qui s’imaginent être dans la paix et la tranquillité, c’est à dire sur ceux qui ne portent pas l’inquiétude du Royaume à construire sans arrêt. Elle confondra ceux qui sont immobiles dans leur bonne conscience, dans leur routine, installés dans leur suffisance triomphante de petit monde. Elle sera une catastrophe seulement pour ceux qui jamais n’ont su faire en eux une place pour un autre.

Extrait de Signes dans la bible (2015-2016)

Évangile

Parabole des talents

Mt 25, 14-30

Écouter

En ce temps-là, Jésus disait à ses disciples cette parabole : « C’est comme un homme qui partait en voyage : il appela ses serviteurs et leur confia ses biens. À l’un il remit une somme de cinq talents, à un autre deux talents, au troisième un seul talent, à chacun selon ses capacités. Puis il partit.
Aussitôt, celui qui avait reçu les cinq talents s’en alla pour les faire valoir et en gagna cinq autres. De même, celui qui avait reçu deux talents en gagna deux autres. Mais celui qui n’en avait reçu qu’un alla creuser la terre et cacha l’argent de son maître.
Longtemps après, le maître de ces serviteurs revint et il leur demanda des comptes. Celui qui avait reçu cinq talents s’approcha, présenta cinq autres talents et dit : ‘Seigneur, tu m’as confié cinq talents ; voilà, j’en ai gagné cinq autres.’ Son maître lui déclara : ‘Très bien, serviteur bon et fidèle, tu as été fidèle pour peu de choses, je t’en confierai beaucoup ; entre dans la joie de ton seigneur.’
Celui qui avait reçu deux talents s’approcha aussi et dit : ‘Seigneur, tu m’as confié deux talents ; voilà, j’en ai gagné deux autres.’ Son maître lui déclara : ‘Très bien, serviteur bon et fidèle, tu as été fidèle pour peu de choses, je t’en confierai beaucoup ; entre dans la joie de ton seigneur.’
Celui qui avait reçu un seul talent s’approcha aussi et dit : ‘Seigneur, je savais que tu es un homme dur : tu moissonnes là où tu n’as pas semé, tu ramasses là où tu n’as pas répandu le grain. J’ai eu peur, et je suis allé cacher ton talent dans la terre. Le voici. Tu as ce qui t’appartient.’
Son maître lui répliqua : ‘Serviteur mauvais et paresseux, tu savais que je moissonne là où je n’ai pas semé, que je ramasse le grain là où je ne l’ai pas répandu. Alors, il fallait placer mon argent à la banque ; et, à mon retour, je l’aurais retrouvé avec les intérêts. Enlevez-lui donc son talent et donnez-le à celui qui en a dix. À celui qui a, on donnera encore, et il sera dans l’abondance ; mais celui qui n’a rien se verra enlever même ce qu’il a. Quant à ce serviteur bon à rien, jetez-le dans les ténèbres extérieures ; là, il y aura des pleurs et des grincements de dents !’ »

Vidéo de la semaine

Entretien avec Armelle, chef de Choeur dans la ville

Armelle est engagée dans l’Église, dans une association, dans un mouvement éducatif. Elle est aussi l’animatrice de Chœur dans la ville. Ces différents engagements, les appels qui les ont provoqués l’ont fait réfléchir sur la parabole des talents : la confiance que Dieu met en nous, la joie qu’on reçoit lorsqu’on s’engage et la différence de traitement du maitre envers ces trois serviteurs. Le plus beau talent que Dieu nous donne, celui qui conditionne tous les autres, c’est l’amour.

1ère lecture

La femme vaillante fait fructifier ses talents

Pr 31, 10-13.19-20.30-31

Écouter

Une femme parfaite, qui la trouvera ? Elle est précieuse plus que les perles ! Son mari peut lui faire confiance : il ne manquera pas de ressources. Elle fait son bonheur, et non pas sa ruine, tous les jours de sa vie. Elle sait choisir la laine et le lin, et ses mains travaillent volontiers. Elle tend la main vers la quenouille, ses doigts dirigent le fuseau. Ses doigts s’ouvrent en faveur du pauvre, elle tend la main au malheureux. Le charme est trompeur et la beauté s’évanouit ; seule, la femme qui craint le Seigneur mérite la louange. Célébrez-la pour les fruits de son travail : et qu’aux portes de la ville, ses œuvres disent sa louange !

Psaume

Le Seigneur a rassemblé les enfants de l’Église

Ps 127, 1-2, 3, 4.5c.6a

Écouter

Le Seigneur a rassemblé les enfants de l’Église
à la table de son royaume.

Heureux qui craint le Seigneur
et marche selon ses voies !
Tu te nourriras du travail de tes mains :
Heureux es-tu ! À toi, le bonheur !

Ta femme sera dans ta maison
comme une vigne généreuse,
et tes fils, autour de la table,
comme des plants d’olivier.

Voilà comment sera béni
l’homme qui craint le Seigneur.
De Sion, que le Seigneur te bénisse !
Tu verras le bonheur de Jérusalem tous les jours de ta vie. 

Interprété par le Choeur Saint Ambroise, Paris

Pour les enfants

La parabole des talents

La parabole des talents nous invite à prendre conscience de tous les talents que nous avons reçus : il faut les développer pour faire notre joie, celle de ceux qui nous entourent et la joie de Celui qui nous les a donnés.

Coloriage à imprimer Voir la vidéo
Chant

Jésus, notre foi

Jésus, notre foi, peuples de la terre,
Pour l’humanité, seule vérité,
Est Christ, don du Père.

Ô joie, le Seigneur rassemble !
Ô joie, nous allons ensemble
Vers Lui qui vient, Alléluia !
Parmi les siens, Alléluia ! Alléluia ! Alléluia !

Jésus s’est fait chair, peuples de la terre,
Parole de Dieu parole de Feu,
Unique lumière.

Jésus est Sauveur, peuples de la terre,
Pardon accordé pour tous nos péchés
Au nom de son Fils.

Jésus est bonté, peuples de la terre,
Il nous a montré la vraie charité :
Aimons tous nos frères !

Jésus nous envoie parmi tous nos frères,
Pour être témoins de son Esprit-Saint
Et sel de la terre.

 

Interprété par la Chorale du Pélerinage du Rosaire

T : JF. Frié M : JP. Lécot