Évangile Dieu a tant aimé le monde…

  1. Évangile Dieu a tant aimé le monde…
  2. 1ère lecture Le Dieu miséricordieux se révèle à son peuple
  3. Psaume À toi, la louange et la gloire éternellement !
  4. 2ème lecture Dans l’amour trinitaire
  5. Chant Très haut Seigneur, Trinité Bienheureuse

Mon Seigneur et mon Dieu

1ère lecture : Ac 2, 42-47
Psaume : Ps 117, 1.4, 13-14, 19.21, 22-23, 24-25
2ème lecture : 1 P 1, 3-9
Evangile : Jn 20, 19-31

Dimanche 19 avril 2020

Dimanche de la Divine Miséricorde
Évangile

Apparition du Christ huit jours après Pâques

Jn 20, 19-31

Écouter

C’était après la mort de Jésus. Le soir venu, en ce premier jour de la semaine, alors que les portes du lieu où se trouvaient les disciples étaient verrouillées par crainte des Juifs, Jésus vint, et il était là au milieu d’eux. Il leur dit : « La paix soit avec vous ! » Après cette parole, il leur montra ses mains et son côté. Les disciples furent remplis de joie en voyant le Seigneur. Jésus leur dit de nouveau : « La paix soit avec vous ! De même que le Père m’a envoyé, moi aussi, je vous envoie. » Ayant ainsi parlé, il souffla sur eux et il leur dit : « Recevez l’Esprit Saint. À qui vous remettrez ses péchés, ils seront remis ; à qui vous maintiendrez ses péchés, ils seront maintenus. »
Or, l’un des Douze, Thomas, appelé Didyme (c’est-à-dire Jumeau), n’était pas avec eux quand Jésus était venu. Les autres disciples lui disaient : « Nous avons vu le Seigneur ! » Mais il leur déclara : « Si je ne vois pas dans ses mains la marque des clous, si je ne mets pas mon doigt dans la marque des clous, si je ne mets pas la main dans son côté, non, je ne croirai pas ! »
Huit jours plus tard, les disciples se trouvaient de nouveau dans la maison, et Thomas était avec eux. Jésus vient, alors que les portes étaient verrouillées, et il était là au milieu d’eux. Il dit : « La paix soit avec vous ! » Puis il dit à Thomas : « Avance ton doigt ici, et vois mes mains ; avance ta main, et mets-la dans mon côté : cesse d’être incrédule, sois croyant. » Alors Thomas lui dit : « Mon Seigneur et mon Dieu ! » Jésus lui dit : « Parce que tu m’as vu, tu crois. Heureux ceux qui croient sans avoir vu. » Il y a encore beaucoup d’autres signes que Jésus a faits en présence des disciples et qui ne sont pas écrits dans ce livre. Mais ceux-là ont été écrits pour que vous croyiez que Jésus est le Christ, le Fils de Dieu, et pour qu’en croyant, vous ayez la vie en son nom.

Méditation

Merci Thomas

Écouter

Merci, Thomas, d’avoir douté. Car nous doutons aussi. Et nous voulons voir et nous voulons toucher, vérifier la réalité de ce que nous croyons. Quand on a souffert personnellement, plus encore, quand on a souffert pour d’autres, rien ne peut nous guérir sinon de vérifier que la vie a triomphé. Certes, les blessures restent ouvertes, ou du moins visibles, certes, le souvenir demeure brûlant et douloureux. Mais les choses ont changé, les puissances de mort ont été conjurées. Comme Thomas, j’ai besoin de vérifier ma foi, c’est-à-dire non seulement le Ressuscité, mais toutes les victimes sauvées, guéries, réintégrées. Ma foi m’oriente vers un avenir d’espérance où les choses auront été remises à l’endroit, où la puissance de la brutalité n’aura plus le dernier mot, où justice sera faite, où l’amour aura triomphé.
Le Ressuscité, c’est le crucifié. La victoire de la Résurrection n’a pas effacé les blessures de la passion. Ce sont ces mêmes sœurs, frères, humiliés, persécutés, assassinés, qui formeront l’humanité vivante de l’avenir. Il ne s’agit pas de « faire son deuil » en tournant la page comme si rien n’avait eu lieu. C’est sur le point précis des traumatismes que la victoire de Dieu doit être constatée. Thomas a eu la chance de Le voir, de manière anticipée. Nous avons la chance d’y croire, sans L’avoir encore constaté, mais sûrs de Le voir bientôt parce que l’Espérance qui a été répandue en nos cœurs ne peut pas nous décevoir.
Elle est promesse de Dieu et elle prend appui sur la réalité déjà présente de la victoire du Ressuscité, constatée par Thomas : « Mon Seigneur et mon Dieu ! »

Extrait de Marche dans la Bible (2016-2017)

1ère lecture

La communauté fraternelle des premiers chrétiens

Ac 2, 42-47

Écouter

Les frères étaient assidus à l’enseignement des Apôtres et à la communion fraternelle, à la fraction du pain et aux prières. La crainte de Dieu était dans tous les cœurs à la vue des nombreux prodiges et signes accomplis par les Apôtres. Tous les croyants vivaient ensemble, et ils avaient tout en commun ; ils vendaient leurs biens et leurs possessions, et ils en partageaient le produit entre tous en fonction des besoins de chacun.
Chaque jour, d’un même cœur, ils fréquentaient assidûment le Temple, ils rompaient le pain dans les maisons, ils prenaient leurs repas avec allégresse et simplicité de cœur ; ils louaient Dieu et avaient la faveur du peuple tout entier. Chaque jour, le Seigneur leur adjoignait ceux qui allaient être sauvés.

Enseignement

Les couleurs liturgiques : Blanc, couleur de la foi

Le frère Nicolas nous présente la couleur blanche dans la liturgie, celle de notre temps pascal. Les prêtres portent une chasuble blanche, couleur de la foi, de la joie, de la divinité, de la pureté. Le blanc contient toutes les couleurs : c’est la couleur des grandes fêtes de la communion de l’homme et de Dieu.

Psaume

Jour d'allégresse et jour de joie

Ps 117, 1.4, 13-14, 19.21, 22-23, 24-25

Écouter

Alléluia, Alléluia, jour d’allégresse et jour de joie, Alléluia, Alléluia

Rendez grâce au Seigneur : Il est bon !
Éternel est son amour !
Qu’ils le disent, ceux qui craignent le Seigneur :
Éternel est son amour !
On m’a poussé, bousculé pour m’abattre ;
mais le Seigneur m’a défendu.
Ma force et mon chant, c’est le Seigneur ;
il est pour moi le salut.

Ouvrez-moi les portes de justice :
j’entrerai, je rendrai grâce au Seigneur.
Je te rends grâce car tu m’as exaucé :
tu es pour moi le salut.
La pierre qu’ont rejetée les bâtisseurs
est devenue la pierre d’angle :
c’est là l’oeuvre du Seigneur,
la merveille devant nos yeux.

Voici le jour que fit le Seigneur,
qu’il soit pour nous jour de fête et de joie !
Donne, Seigneur, donne le salut !
Donne, Seigneur, donne la victoire !

2ème lecture

L'espérance des baptisés

1 P 1, 3-9

Écouter

Béni soit Dieu, le Père de notre Seigneur Jésus Christ : dans sa grande miséricorde, il nous a fait renaître pour une vivante espérance grâce à la résurrection de Jésus Christ d’entre les morts, pour un héritage qui ne connaîtra ni corruption, ni souillure, ni flétrissure. Cet héritage vous est réservé dans les cieux, à vous que la puissance de Dieu garde par la foi, pour un salut prêt à se révéler dans les derniers temps. Aussi vous exultez de joie, même s’il faut que vous soyez affligés, pour un peu de temps encore, par toutes sortes d’épreuves ; elles vérifieront la valeur de votre foi qui a bien plus de prix que l’or – cet or voué à disparaître et pourtant vérifié par le feu –, afin que votre foi reçoive louange, gloire et honneur quand se révélera Jésus Christ. Lui, vous l’aimez sans l’avoir vu ; en lui, sans le voir encore, vous mettez votre foi, vous exultez d’une joie inexprimable et remplie de gloire, car vous allez obtenir le salut des âmes qui est l’aboutissement de votre foi.

Pour les enfants

La foi de Thomas

Une jolie rencontre avec Thomas ! Il ne croit que ce qu’il voit mais ensuite, il est le premier à confesser sa foi.

Coloriage à imprimer Voir la vidéo
Chant

Gloire à toi, Seigneur ressuscité

Gloire à toi, Seigneur ressuscité :
Par ta lumière, tu donnes la vie :
Alléluia, alléluia !

Quand se lève sur la mer le matin de ta Pâque,
Tu es sur le rivage, debout dans la lumière ;
Tu as préparé un feu et le repas pour les disciples ;
Tu les invites à s’asseoir à ta table.

Quand se lève au matin le soleil de ta Pâque,
Tu viens ressusciter la foi de tes disciples.
Jean qui t’a reconnu s’écrie : « C’est le Seigneur ! »
Pierre est plongé dans l’eau pour renaître dans l’Esprit.

Quand résonnent nos cœurs dans la musique de ta Pâque,
Que sonnent la cithare et la lyre à dix cordes :
« A celui qui siège sur le Trône ainsi qu’à l’Agneau immolé,
Honneur, louange et gloire dans la puissance de l’Esprit ! »

Interprété par la Chorale du Pèlerinage du Rosaire

T : Daniel Bourgeois/Jean-Philippe Revel – M : André Gouzes