Évangile Aimez vos ennemis

  1. Évangile Aimez vos ennemis
  2. Méditation Le juste prix de la perfection
  3. 1ère lecture Tu aimeras ton prochain
  4. Psaume Fais moi connaître ta parole
  5. 2ème lecture Appartenir tous ensemble au Christ
  6. Chant Dieu notre Père

Mes yeux ont vu le salut

1ère lecture : Ml 3, 1-4
Psaume : Ps 23 (24), 7, 8, 9, 10
2ème lecture : He 2, 14-18
Évangile : Lc 2, 22-40

dimanche 2 février 2020

Présentation de Jésus au temple
Évangile

La présentation de Jésus au temple

Lc 2, 22-40

Écouter

Quand fut accompli le temps prescrit par la loi de Moïse pour la purification, les parents de Jésus l’amenèrent à Jérusalem pour le présenter au Seigneur, selon ce qui est écrit dans la Loi : Tout premier-né de sexe masculin sera consacré au Seigneur. Ils venaient aussi offrir le sacrifice prescrit par la loi du Seigneur : un couple de tourterelles ou deux petites colombes.
Or, il y avait à Jérusalem un homme appelé Syméon. C’était un homme juste et religieux, qui attendait la Consolation d’Israël, et l’Esprit Saint était sur lui. Il avait reçu de l’Esprit Saint l’annonce qu’il ne verrait pas la mort avant d’avoir vu le Christ, le Messie du Seigneur. Sous l’action de l’Esprit, Syméon vint au Temple. Au moment où les parents présentaient l’enfant Jésus pour se conformer au rite de la Loi qui le concernait, Syméon reçut l’enfant dans ses bras, et il bénit Dieu en disant : « Maintenant, ô Maître souverain, tu peux laisser ton serviteur s’en aller en paix, selon ta parole. Car mes yeux ont vu le salut que tu préparais à la face des peuples : lumière qui se révèle aux nations et donne gloire à ton peuple Israël. »
Le père et la mère de l’enfant s’étonnaient de ce qui était dit de lui. Syméon les bénit, puis il dit à Marie sa mère : « Voici que cet enfant provoquera la chute et le relèvement de beaucoup en Israël. Il sera un signe de contradiction – et toi, ton âme sera traversée d’un glaive – : ainsi seront dévoilées les pensées qui viennent du cœur d’un grand nombre. »
Il y avait aussi une femme prophète, Anne, fille de Phanuel, de la tribu d’Aser. Elle était très avancée en âge ; après sept ans de mariage, demeurée veuve, elle était arrivée à l’âge de 84 ans. Elle ne s’éloignait pas du Temple, servant Dieu jour et nuit dans le jeûne et la prière. Survenant à cette heure même, elle proclamait les louanges de Dieu et parlait de l’enfant à tous ceux qui attendaient la délivrance de Jérusalem.
Lorsqu’ils eurent achevé tout ce que prescrivait la loi du Seigneur, ils retournèrent en Galilée, dans leur ville de Nazareth. L’enfant, lui, grandissait et se fortifiait, rempli de sagesse, et la grâce de Dieu était sur lui.

Méditation

Voir le salut et vivre !

Écouter

Pour la pensée biblique, le grand âge n’apporte pas nécessairement la sagesse. Une jeune femme telle Marie peut témoigner d’une infinie sagesse, et certains vieillards manifester par contre obstination dans l’erreur et endurcissement du cœur. La sagesse de Dieu n’est pas non plus élitiste. Elle est donnée à tous ceux qui la recherchent. Encore faut-il désirer la recevoir cette sagesse qui ne peut être reçue que dans l’humilité du cœur. Ainsi l’Esprit saint a éveillé en Syméon cette pensée de divine sagesse : « Maintenant Seigneur, puisque mes yeux ont vu le salut, je peux mourir en paix ».
Syméon a vu le salut de Dieu. Il est en communion avec une Vie que la mort n’atteint pas. Il sait désormais que sa vie est accomplie. Ainsi le salut se voit et voir le salut, c’est être soi-même sauvé. Pour la foi biblique, c’est la vision de Dieu qui sauve. Le voir, c’est-à-dire Le reconnaître à travers des personnes, des mots, des pensées, des sentiments, partout où quelque chose de Sa Présence se révèle à nous. Être sauvé ne tient pas donc à échapper à la mort par tous les moyens de la santé et de la sécurité, mais c’est avoir reconnu la vie de Dieu là où elle s’offre à notre regard et ainsi la prendre en soi, la connaître et en vivre.
Bénissant Dieu à la vision de l’enfant de Bethléem, Syméon nous montre celui qui a pouvoir de réaliser en nous le salut. Jésus-Christ peut devenir pour chacun ce « signe de contradiction » qui « dévoile les pensées du cœur ». Comme un glaive qui tranche, ses paroles séparent en nos esprits ce qu’il faut laisser de ce qu’il faut garder. Elles opèrent le crible des pensées qui font chuter et de celles qui tiennent et soutiennent pour le chemin.

Extrait de Marche dans la Bible (2016-2017)

1ère lecture

Voici que j'envoie mon messager

Ml 3, 1-4

Écouter

Ainsi parle le Seigneur Dieu : Voici que j’envoie mon messager pour qu’il prépare le chemin devant moi ; et soudain viendra dans son Temple le Seigneur que vous cherchez. Le messager de l’Alliance que vous désirez, le voici qui vient – dit le Seigneur de l’univers. Qui pourra soutenir le jour de sa venue ? Qui pourra rester debout lorsqu’il se montrera ? Car il est pareil au feu du fondeur, pareil à la lessive des blanchisseurs. Il s’installera pour fondre et purifier : il purifiera les fils de Lévi, il les affinera comme l’or et l’argent ; ainsi pourront-ils, aux yeux du Seigneur, présenter l’offrande en toute justice. Alors, l’offrande de Juda et de Jérusalem sera bien accueillie du Seigneur, comme il en fut aux jours anciens, dans les années d’autrefois.

Enseignement

Pourquoi allumer des bougies ?

Dimanche, nous fêtons la Chandeleur !  Dans l’évangile, Symeon proclame : « Mes yeux ont vu la lumière qui se révèle aux nations. » Jésus est la lumière du monde. Cierge pascal, lumignons, processions… Le frère Yves nous déroule pourquoi les catholiques raffolent des bougies.

Psaume

Gloire au Messie de Dieu

Ps 23 (24), 7, 8, 9, 10

Écouter

Gloire au Messie de Dieu, gloire à l’Envoyé du Seigneur

Portes, levez vos frontons,
élevez-vous, portes éternelles :
qu’il entre, le roi de gloire !

Qui est ce roi de gloire ?
C’est le Seigneur, le fort, le vaillant,
le Seigneur, le vaillant des combats.

Portes, levez vos frontons,
levez-les, portes éternelles :
qu’il entre, le roi de gloire !

Qui donc est ce roi de gloire ?
C’est le Seigneur, Dieu de l’univers ;
c’est lui, le roi de gloire. 

2ème lecture

Jésus a partagé la condition des hommes

He 2, 14-18

Écouter

Puisque les enfants des hommes ont en commun le sang et la chair, Jésus a partagé, lui aussi, pareille condition : ainsi, par sa mort, il a pu réduire à l’impuissance celui qui possédait le pouvoir de la mort, c’est-à-dire le diable, et il a rendu libres tous ceux qui, par crainte de la mort, passaient toute leur vie dans une situation d’esclaves. Car ceux qu’il prend en charge, ce ne sont pas les anges, c’est la descendance d’Abraham. Il lui fallait donc se rendre en tout semblable à ses frères, pour devenir un grand prêtre miséricordieux et digne de foi pour les relations avec Dieu, afin d’enlever les péchés du peuple. Et parce qu’il a souffert jusqu’au bout l’épreuve de sa Passion, il est capable de porter secours à ceux qui subissent une épreuve.

Pour les enfants

Le vieillard et l'enfant

Aujourd’hui nous rencontrons Syméon : il fait partie de ce petit peuple des Hébreux qui attend le Sauveur avec confiance.
À travers Syméon, Dieu parle et annonce que Jésus est né non seulement pour le peuple hébreux mais aussi pour toutes les nations : « Il est la lumière pour éclairer toutes les nations ».

Coloriage à imprimer Voir la vidéo
Chant

Levons les yeux

Levons les yeux, voici la vraie lumière, 
Voici le Christ qui nous donne la paix ! 
Ouvrons nos cœurs à sa miséricorde, 
Notre Sauveur est au milieu de nous !

Jésus Christ, le Fils de Dieu fait homme
Vient demeurer au milieu de son peuple ! 
Regardez ! Voici l’Emmanuel ! 
Dieu avec nous, venu dans notre chair ! 

Il est Dieu, il est notre lumière, 
Rayon jailli du cœur très saint du Père. 
Sa clarté embrase l’univers,
Il est la vie illuminant la nuit ! 

C’est par lui que fut créé le monde
Pour l’habiter, l’habiller de sa gloire. 
Par son nom Dieu se révèle à nous. 
Accueillons-le, Il vient parmi les siens ! 

Viens, Jésus ! Entre dans ton saint temple ! 
Nourris nos cœurs, donne-nous ta Parole ! 
Nous voici, tes enfants rassemblés : 
Parle, Seigneur, et nous écouterons ! 

 

Interprété par
la chorale Gaudete

© 2010, Éditions de l’Emmanuel, 89 boulevard Blanqui, 75013 Paris