Évangile Dieu a tant aimé le monde…

  1. Évangile Dieu a tant aimé le monde…
  2. 1ère lecture Le Dieu miséricordieux se révèle à son peuple
  3. Psaume À toi, la louange et la gloire éternellement !
  4. 2ème lecture Dans l’amour trinitaire
  5. Chant Très haut Seigneur, Trinité Bienheureuse

Le Seigneur est réellement ressuscité !

1ère lecture : Ac 2, 14.22b-33
Psaume : Ps 15, 1-2a.5, 7-8, 9-10, 2b.11
2ème lecture : 1P 1, 17-21
Evangile : Lc 24, 13-35

dimanche 26 avril 2020

3ème dimanche de Pâques
Évangile

Apparition aux disciples d'Emmaüs

Lc 24, 13-35

Écouter

Le même jour (c’est-à-dire le premier jour de la semaine), deux disciples faisaient route vers un village appelé Emmaüs, à deux heures de marche de Jérusalem, et ils parlaient entre eux de tout ce qui s’était passé.
Or, tandis qu’ils s’entretenaient et s’interrogeaient, Jésus lui-même s’approcha, et il marchait avec eux. Mais leurs yeux étaient empêchés de le reconnaître. Jésus leur dit : « De quoi discutez-vous en marchant ? » Alors, ils s’arrêtèrent, tout tristes. L’un des deux, nommé Cléophas, lui répondit : « Tu es bien le seul étranger résidant à Jérusalem qui ignore les événements de ces jours-ci. » Il leur dit : « Quels événements ? » Ils lui répondirent : « Ce qui est arrivé à Jésus de Nazareth, cet homme qui était un prophète puissant par ses actes et ses paroles devant Dieu et devant tout le peuple : comment les grands prêtres et nos chefs l’ont livré, ils l’ont fait condamner à mort et ils l’ont crucifié. Nous, nous espérions que c’était lui qui allait délivrer Israël. Mais avec tout cela, voici déjà le troisième jour qui passe depuis que c’est arrivé. À vrai dire, des femmes de notre groupe nous ont remplis de stupeur. Quand, dès l’aurore, elles sont allées au tombeau, elles n’ont pas trouvé son corps ; elles sont venues nous dire qu’elles avaient même eu une vision : des anges, qui disaient qu’il est vivant. Quelques-uns de nos compagnons sont allés au tombeau, et ils ont trouvé les choses comme les femmes l’avaient dit ; mais lui, ils ne l’ont pas vu. » Il leur dit alors : « Esprits sans intelligence ! Comme votre cœur est lent à croire tout ce que les prophètes ont dit ! Ne fallait-il pas que le Christ souffrît cela pour entrer dans sa gloire ? » Et, partant de Moïse et de tous les Prophètes, il leur interpréta, dans toute l’Écriture, ce qui le concernait.
Quand ils approchèrent du village où ils se rendaient, Jésus fit semblant d’aller plus loin. Mais ils s’efforcèrent de le retenir : « Reste avec nous, car le soir approche et déjà le jour baisse. » Il entra donc pour rester avec eux.
Quand il fut à table avec eux, ayant pris le pain, il prononça la bénédiction et, l’ayant rompu, il le leur donna. Alors leurs yeux s’ouvrirent, et ils le reconnurent, mais il disparut à leurs regards. Ils se dirent l’un à l’autre : « Notre cœur n’était-il pas brûlant en nous, tandis qu’il nous parlait sur la route et nous ouvrait les Écritures ? » À l’instant même, ils se levèrent et retournèrent à Jérusalem. Ils y trouvèrent réunis les onze Apôtres et leurs compagnons, qui leur dirent : « Le Seigneur est réellement ressuscité : il est apparu à Simon-Pierre. » À leur tour, ils racontaient ce qui s’était passé sur la route, et comment le Seigneur s’était fait reconnaître par eux à la fraction du pain.

Méditation

Ecoute la route

Écouter

Ils croyaient avoir tout vu, tout compris, et s’en retournaient tout dépités… La route était lourde et brûlante, harassante et poussiéreuse… et puis il y avait le souvenir pénible des trois jours écoulés qui avaient vu mourir dans l’ignominie leur ami et maître. Mais il fallait bien rentrer chez soi après avoir célébré la Pâque. Et reprendre la route.
Ils ne savaient pas que ce routard, cet inconnu devenu compagnon allait leur révéler une autre route : celle de la Parole de Dieu qui cheminait à travers des siècles d’humanité jusqu’à leurs âmes, leurs cœurs soudain embrasés par cette vive flamme. Ils croyaient s’éloigner après avoir tout perdu, et c’est Dieu qui s’approchait d’eux, se préparant à leur rendre toute joie par son Verbe.
Mais il se fait tard. Une table. Du pain. Un vif éclat de lumière, pour leur révéler le brasier qui, en eux et en lui, grondait tout le jour. Alors, portés par ce feu, la route de nuit est vite avalée : ils la connaissent désormais ! C’est celle des pas de Dieu dans le cœur de l’homme : à chaque battement il frappe à la porte, il se dit à nous, avec les mots que tant de générations ont entendus, parole de Dieu dans les mots des hommes. Ce chemin, c’est la parole de Jésus qui se fait ton compagnon. L’entends-tu ? Écoute la route qui t’appelle ! Fais tienne aujourd’hui la prière des routiers scouts, qui commence ainsi : « Seigneur Jésus, qui vous offrez à nous comme la Route vivante tout irradiée par la lumière d’en haut, daignez vous joindre à nous sur le chemin de la Vie, comme vous le fîtes jadis pour les Routiers d’Emmaüs… »

Extrait de Marche dans la Bible (2017-2018)

1ère lecture

Pierre annonce le Christ ressuscité

Ac 2, 14.22b-33

Écouter

Le jour de la Pentecôte, Pierre, debout avec les onze autres Apôtres, éleva la voix et leur fit cette déclaration : « Vous, Juifs, et vous tous qui résidez à Jérusalem, sachez bien ceci, prêtez l’oreille à mes paroles. Il s’agit de Jésus le Nazaréen, homme que Dieu a accrédité auprès de vous en accomplissant par lui des miracles, des prodiges et des signes au milieu de vous, comme vous le savez vous-mêmes. Cet homme, livré selon le dessein bien arrêté et la prescience de Dieu, vous l’avez supprimé en le clouant sur le bois par la main des impies. Mais Dieu l’a ressuscité en le délivrant des douleurs de la mort, car il n’était pas possible qu’elle le retienne en son pouvoir. En effet, c’est de lui que parle David dans le psaume : Je voyais le Seigneur devant moi sans relâche : il est à ma droite, je suis inébranlable. C’est pourquoi mon cœur est en fête, et ma langue exulte de joie ; ma chair elle-même reposera dans l’espérance : tu ne peux m’abandonner au séjour des morts ni laisser ton fidèle voir la corruption. Tu m’as appris des chemins de vie, tu me rempliras d’allégresse par ta présence.
Frères, il est permis de vous dire avec assurance, au sujet du patriarche David, qu’il est mort, qu’il a été enseveli, et que son tombeau est encore aujourd’hui chez nous. Comme il était prophète, il savait que Dieu lui avait juré de faire asseoir sur son trône un homme issu de lui. Il a vu d’avance la résurrection du Christ, dont il a parlé ainsi : Il n’a pas été abandonné à la mort, et sa chair n’a pas vu la corruption.
Ce Jésus, Dieu l’a ressuscité ; nous tous, nous en sommes témoins. Élevé par la droite de Dieu, il a reçu du Père l’Esprit Saint qui était promis, et il l’a répandu sur nous, ainsi que vous le voyez et l’entendez.

Vidéo de la semaine

Les pèlerins d'Emmaüs d'Alfred Manessier

Catherine décrypte un tableau du peintre contemporain Alfred Manessier : les pèlerins d’Emmaüs. Avec sa palette chatoyante et le jeu d’obscurité et de lumière, l’artiste témoigne du mystère de l’eucharistie.

Psaume

Tu m'as montré, Seigneur, le chemin de la vie

Ps 15, 1-2a.5, 7-8, 9-10, 2b.11

Écouter

Tu m’as montré, Seigneur, le chemin de la vie

Garde-moi, mon Dieu : j’ai fait de toi mon refuge.
J’ai dit au Seigneur : « Tu es mon Dieu !
Seigneur, mon partage et ma coupe :
de toi dépend mon sort. »

Je bénis le Seigneur qui me conseille :
même la nuit mon cœur m’avertit.
Je garde le Seigneur devant moi sans relâche ;
il est à ma droite : je suis inébranlable.

Mon cœur exulte, mon âme est en fête,
ma chair elle-même repose en confiance :
tu ne peux m’abandonner à la mort
ni laisser ton ami voir la corruption.

Je n’ai pas d’autre bonheur que toi.
Tu m’apprends le chemin de la vie :
devant ta face, débordement de joie !
À ta droite, éternité de délices ! 

2ème lecture

Le Christ ressuscité donne à notre vie son vrai sens

1 P 1, 17-21

Écouter

Bien-aimés, si vous invoquez comme Père celui qui juge impartialement chacun selon son œuvre, vivez donc dans la crainte de Dieu, pendant le temps où vous résidez ici-bas en étrangers. Vous le savez : ce n’est pas par des biens corruptibles, l’argent ou l’or, que vous avez été rachetés de la conduite superficielle héritée de vos pères ; mais c’est par un sang précieux, celui d’un agneau sans défaut et sans tache, le Christ. Dès avant la fondation du monde, Dieu l’avait désigné d’avance et il l’a manifesté à la fin des temps à cause de vous. C’est bien par lui que vous croyez en Dieu, qui l’a ressuscité d’entre les morts et qui lui a donné la gloire ; ainsi vous mettez votre foi et votre espérance en Dieu.

Pour les enfants

Sur la route d'Emmaüs

Théobule nous emmène sur la route d’Emmaüs, où nous croisons deux disciples bien tristes qui rencontrent un homme qui leur apprend plein de choses…

Coloriage à imprimer Voir la vidéo
Chant

Où sont amour et charité

Où sont amour et charité, Dieu est présent

Jésus sachant que son heure était venue
De passer de ce monde à son Père,
Ayant aimé les siens qui étaient dans le monde,
Il les aima jusqu’à la fin.

Je vous donne un commandement nouveau :
Aimez-vous les uns les autres ;
Comme je vous ai aimés,
Aimez-vous les uns les autres.

Moi, le Seigneur et le Maître,
Je vous ai lavé les pieds,
Je vous ai donné l’exemple,
Pour que vous agissiez de même.

Celui qui voudra être grand parmi vous
Se fera votre serviteur ;
Celui qui voudra être le premier d’entre vous
Se fera votre esclave.

Si je ne te lave pas les pieds,
Tu n’auras pas de part avec moi.
Ce que j’ai fait, tu ne le comprends pas maintenant ;
Heureux es-tu, si tu le fais.

Je suis au milieu de vous comme celui qui sert.
Je ne suis pas venu pour être servi mais pour servir
Et donner ma vie en rançon pour la multitude,
Afin que vous ayez l’amour en vous.

Il n’est pas de plus grand amour
Que de donner sa vie pour ceux qu’on aime.
A ceci tous vous reconnaitront pour mes disciples
A l’amour que vous aurez les uns pour les autres.

Interprété par la chorale du Pélerinage du Rosaire
M : A. Gouzes