Évangile Parabole des vignerons meurtriers

  1. Évangile Parabole des vignerons meurtriers
  2. Méditation Lorsque tu parles aux pharisiens...
  3. 1ère lecture Le Seigneur est déçu par sa vigne bien-aimée
  4. Psaume Nous sommes ta vigne, Seigneur de l'univers
  5. 2ème lecture Dieu donne sa paix à ceux qui sont fidèles
  6. Chant Insondable la tendresse

Si quelqu’un veut marcher à ma suite

1ère lecture : Jr 20, 7-9
Psaume : Ps 62 (63), 2, 3-4, 5-6, 8-9
2ème lecture : Rm 12, 1-2
Evangile : Mt 16, 21-27

dimanche 30 août 2020

22ème dimanche ordinaire
1ère lecture

Le prophète doit souffrir pour son Dieu

Jr 20, 7-9

Écouter

Seigneur, tu m’as séduit, et j’ai été séduit ; tu m’as saisi, et tu as réussi. À longueur de journée je suis exposé à la raillerie, tout le monde se moque de moi. Chaque fois que j’ai à dire la parole, je dois crier, je dois proclamer : « Violence et dévastation ! » À longueur de journée, la parole du Seigneur attire sur moi l’insulte et la moquerie. Je me disais : « Je ne penserai plus à lui, je ne parlerai plus en son nom. » Mais elle était comme un feu brûlant dans mon cœur, elle était enfermée dans mes os. Je m’épuisais à la maîtriser, sans y réussir.

Méditation

Dieu pour passion

Écouter

« Seigneur, tu m’as séduit et j’ai été séduit ; tu m’as saisi, et tu as réussi ». Ces mots de Jérémie sont non seulement les plus célèbres de son livre, mais ils peuvent aussi servir de clé, de sésame, pour percevoir quel feu anime les écritures bibliques. Ces mots disent l’insolite de la foi où un homme peut chercher Dieu à corps perdu et être dévoré de passion pour sa parole, dominé par elle comme d’une violente addiction, ainsi que le confesse encore Jérémie : « La parole du Seigneur était comme un feu brûlant dans mon cœur, elle était enfermée dans mes os. Je m’épuisais à la maîtriser, sans y réussir ». La tonalité érotique, qui peut s’entendre ici, résonne aussi un peu partout à travers la Bible. L’exemple le plus manifeste de cette « érotique spirituelle » tient à la présence dans le corpus biblique d’un « épithalame », à savoir un chant d’amour dialogué, que l’on chantait lors des fêtes de mariage. C’est le Cantique des Cantiques.
Il y a certes de l’étonnant dans la tonalité érotique des mots bibliques pour dire l’amour de Dieu, notre amour pour Lui, Son amour pour nous. Comment une parole, qui assume la séduction et en fait même l’apologie, peut-elle se rencontrer chez l’austère Jérémie et par quel prodige le chant d’intense désir sensuel du bien-aimé et de la bien-aimée du Cantique peut-il jouxter dans la Bible Le livre de la Sagesse ? Nous apprenons par là que l’amour pour Dieu et la passion pour Sa Parole s’enracinent là même où sont ancrés les amours et les passions humaines, c’est-à-dire dans le corps désirant. La pensée biblique ne nie pas le désir, mais elle veut le porter tout au contraire à son maximum. Là où le désir de l’homme se fait passion d’être transformé en Sa Miséricorde, à la suite du Christ, vivante icône du Dieu Très Saint.

Extrait de Marche dans la Bible (2016-2017)

Psaume

Mon âme a soif du Dieu de vie

Ps 62 (63), 2, 3-4, 5-6, 8-9

Écouter

Mon âme a soif du Dieu de vie, quand le verrai-je face à face ?

Dieu, tu es mon Dieu, je te cherche dès l’aube :
mon âme a soif de toi ;
après toi languit ma chair,
terre aride, altérée, sans eau.

Je t’ai contemplé au sanctuaire,
j’ai vu ta force et ta gloire.
Ton amour vaut mieux que la vie :
tu seras la louange de mes lèvres !

Toute ma vie je vais te bénir,
lever les mains en invoquant ton nom.
Comme par un festin je serai rassasié ;
la joie sur les lèvres, je dirai ta louange.

Oui, tu es venu à mon secours :
je crie de joie à l’ombre de tes ailes.
Mon âme s’attache à toi,
ta main droite me soutient. 

2ème lecture

Le culte spirituel

Rm 12, 1-2

Écouter

Je vous exhorte, frères, par la tendresse de Dieu, à lui présenter votre corps – votre personne tout entière –, en sacrifice vivant, saint, capable de plaire à Dieu : c’est là, pour vous, la juste manière de lui rendre un culte. Ne prenez pas pour modèle le monde présent, mais transformez-vous en renouvelant votre façon de penser pour discerner quelle est la volonté de Dieu : ce qui est bon, ce qui est capable de lui plaire, ce qui est parfait.

Évangile

Le disciple du Christ doit souffrir avec son Maître

Mt 16, 21-27

Écouter

En ce temps-là, Jésus commença à montrer à ses disciples qu’il lui fallait partir pour Jérusalem, souffrir beaucoup de la part des anciens, des grands prêtres et des scribes, être tué, et le troisième jour ressusciter. Pierre, le prenant à part, se mit à lui faire de vifs reproches : « Dieu t’en garde, Seigneur ! cela ne t’arrivera pas. » Mais lui, se retournant, dit à Pierre : « Passe derrière moi, Satan ! Tu es pour moi une occasion de chute : tes pensées ne sont pas celles de Dieu, mais celles des hommes. » Alors Jésus dit à ses disciples : « Si quelqu’un veut marcher à ma suite, qu’il renonce à lui-même, qu’il prenne sa croix et qu’il me suive. Car celui qui veut sauver sa vie la perdra, mais qui perd sa vie à cause de moi la trouvera. Quel avantage, en effet, un homme aura-t-il à gagner le monde entier, si c’est au prix de sa vie ? Et que pourra-t-il donner en échange de sa vie ? Car le Fils de l’homme va venir avec ses anges dans la gloire de son Père ; alors il rendra à chacun selon sa conduite. »

Pour les enfants

Des vacances avec Dieu pour les enfants !

Cet été, n’hésitez pas à voir et revoir les grands passages de l’Ancien et du Nouveau Testament ! Théobule vous propose une bibliothèque de plus de 400 vidéos, des coloriages, des jeux. Une bonne façon de passer l’été à la lumière de la Parole de Dieu !

Voir la vidéo