Évangile Dieu a tant aimé le monde…

  1. Évangile Dieu a tant aimé le monde…
  2. 1ère lecture Le Dieu miséricordieux se révèle à son peuple
  3. Psaume À toi, la louange et la gloire éternellement !
  4. 2ème lecture Dans l’amour trinitaire
  5. Chant Très haut Seigneur, Trinité Bienheureuse

Béni soit celui qui vient au nom du Seigneur

1ère lecture : Is 50,4-7
Psaume : Ps 21, 8-9, 17-18a, 19-20, 22c-24a
2ème lecture : Ph 2, 6-11
Evangile : Mt 21, 1-11

dimanche 5 avril 2020

Dimanche des Rameaux
1ère lecture

Le Serviteur de Dieu accepte ses souffrances

Is 50, 4-7

Écouter

Le Seigneur mon Dieu m’a donné le langage des disciples, pour que je puisse, d’une parole, soutenir celui qui est épuisé. Chaque matin, il éveille, il éveille mon oreille pour qu’en disciple, j’écoute. Le Seigneur mon Dieu m’a ouvert l’oreille, et moi, je ne me suis pas révolté, je ne me suis pas dérobé. J’ai présenté mon dos à ceux qui me frappaient, et mes joues à ceux qui m’arrachaient la barbe. Je n’ai pas caché ma face devant les outrages et les crachats. Le Seigneur mon Dieu vient à mon secours ; c’est pourquoi je ne suis pas atteint par les outrages, c’est pourquoi j’ai rendu ma face dure comme pierre : je sais que je ne serai pas confondu.

Méditation

Corps exposé

Écouter

Le Seigneur donne le langage, il ouvre l’oreille, sa parole réveille… Dieu est toujours en quête de relation avec l’homme, à l’initiative d’une tentative de dialogue, dans l’espoir et la foi d’une rencontre avec celui que dès le sein maternel, il a aimé. Nous reconnaissons le Christ dans ce poème du serviteur, mais nous pouvons nous aussi être identifiés à cet homme de foi maltraité par ses congénères. Celui qui écoute et se laisse instruire par Dieu, celui qui toujours marche en sa présence, même dans l’inconnu et le risque ; celui qui exerce sa liberté et guide Dieu jusqu’aux marges de l’humanité ; celui qui jamais ne se dérobe à lui-même ni à son semblable, ni à Dieu ; celui-là, comme le Christ, est réprouvé dans sa chair, montré du doigt, frappé à mort depuis l’enfance (Psaume 87, 16), condamné à l’ostracisme et coiffé d’une mitre d’infamie. Le serviteur souffrant est tous les stigmatisés que l’on outrage sans raison, avec pour défenseur le Seigneur Dieu, lui-même atteint par les offenses et les humiliations qui lui sont infligées. L’homme de Dieu est toujours comme Dieu exposé, il ne se protège pas, il ne cache pas son visage, il présente son dos, il s’offre sur la croix, il est mené à la peine capitale. Blessé profondément, meurtri dans ma chair, je demeure cependant dans l’espérance et je connais l’issue. Quelqu’un a-t-il une accusation à porter contre moi ? Qu’il s’avance ! Voici le Seigneur Dieu qui vient prendre ma défense : qui donc me condamnera ?

Extrait de Signes dans la Bible (2015-2016)

Évangile

L'entrée triomphale dans Jérusalem

Mt 21, 1-11

Écouter

Jésus et ses disciples, approchant de Jérusalem, arrivèrent en vue de Bethphagé, sur les pentes du mont des Oliviers. Alors Jésus envoya deux disciples en leur disant : « Allez au village qui est en face de vous ; vous trouverez aussitôt une ânesse attachée et son petit avec elle. Détachez-les et amenez-les moi. Et si l’on vous dit quelque chose, vous répondrez : ‘Le Seigneur en a besoin’. Et aussitôt on les laissera partir. » Cela est arrivé pour que soit accomplie la parole prononcée par le prophète : Dites à la fille de Sion : Voici ton roi qui vient vers toi, plein de douceur, monté sur une ânesse et un petit âne, le petit d’une bête de somme. Les disciples partirent et firent ce que Jésus leur avait ordonné. Ils amenèrent l’ânesse et son petit, disposèrent sur eux leurs manteaux, et Jésus s’assit dessus. Dans la foule, la plupart étendirent leurs manteaux sur le chemin ; d’autres coupaient des branches aux arbres et en jonchaient la route. Les foules qui marchaient devant Jésus et celles qui suivaient criaient : « Hosanna au fils de David ! Béni soit celui qui vient au nom du Seigneur ! Hosanna au plus haut des cieux ! » Comme Jésus entrait à Jérusalem, toute la ville fut en proie à l’agitation, et disait : « Qui est cet homme ? » Et les foules répondaient : « C’est le prophète Jésus, de Nazareth en Galilée. »

Enseignement

La symbolique du buis

Comme tous les éléments de notre dévotion, le buis véhicule de nombreux symboles : la vie, la croix, l’éternité, l’espérance… Le frère Philippe nous met en garde contre la pyrale du buis, le péché qui flétrit.

Psaume

Mon Dieu, pourquoi m'as-tu abandonné ?

Ps 21 (22), 8-9, 17-18a, 19-20, 22c-24a

Écouter

Mon Dieu, mon Dieu, pourquoi m’as-tu abandonné ?

Tous ceux qui me voient me bafouent,
ils ricanent et hochent la tête :
« Il comptait sur le Seigneur : qu’il le délivre !
Qu’il le sauve, puisqu’il est son ami ! »

Oui, des chiens me cernent,
une bande de vauriens m’entoure.
Ils me percent les mains et les pieds ;
je peux compter tous mes os.

Ils partagent entre eux mes habits
et tirent au sort mon vêtement.
Mais toi, Seigneur, ne sois pas loin :
ô ma force, viens vite à mon aide !

Mais tu m’as répondu !
Et je proclame ton nom devant mes frères,
je te loue en pleine assemblée.
Vous qui le craignez, louez le Seigneur. 

2ème lecture

Abaissement et glorification de Jésus

Ph 2, 6-11

Écouter

Le Christ Jésus, ayant la condition de Dieu, ne retint pas jalousement le rang qui l’égalait à Dieu. Mais il s’est anéanti, prenant la condition de serviteur, devenant semblable aux hommes. Reconnu homme à son aspect, il s’est abaissé, devenant obéissant jusqu’à la mort, et la mort de la croix. C’est pourquoi Dieu l’a exalté : il l’a doté du Nom qui est au-dessus de tout nom, afin qu’au nom de Jésus tout genou fléchisse au ciel, sur terre et aux enfers, et que toute langue proclame : « Jésus Christ est Seigneur » à la gloire de Dieu le Père.

Pour les enfants

Jésus est fêté comme un roi

Theobule nous invite à une nouvelle étape dans notre chemin vers Pâques. Suivons Jésus qui entre dans Jérusalem, fêté comme un roi !

Coloriage à imprimer Voir la vidéo
Chant

Sanctus

Saint, Saint, Saint le Seigneur Dieu de l’univers (bis)

Le ciel et la terre sont remplis de ta gloire.
Hosanna au plus haut des cieux (bis)

Béni soit celui qui vient au nom du Seigneur.
Hosanna au plus haut des cieux (bis)

Interprété par les frères dominicains