Évangile La loi d'amour

  1. Évangile La loi d'amour
  2. Méditation Celui qui se fait proche
  3. 1ère lecture La loi de Dieu dans le coeur de l'homme
  4. Psaume Tes paroles sont esprit et vie
  5. 2ème lecture Primauté du Christ dans la création et dans l'Église

Mes brebis écoutent ma voix

1ère lecture : Ac 13, 14;43-52
Psaume : Ps 99,1-3.5
2ème lecture : Ap 7, 9.14-17
Evangile : Jn 10, 27-30

dimanche 8 mai 2022

4ème dimanche de Pâques
Évangile

Le Bon Pasteur donne la Vie à ses brebis

Jn 10, 27-30

Écouter

En ce temps-là, Jésus déclara : « Mes brebis écoutent ma voix ; moi, je les connais, et elles me suivent. Je leur donne la vie éternelle : jamais elles ne périront, et personne ne les arrachera de ma main. Mon Père, qui me les a données, est plus grand que tout, et personne ne peut les arracher de la main du Père. Le Père et moi, nous sommes UN. »

Méditation

La voix du Berger

Écouter

Vous l’avez noté dans l’évangile d’aujourd’hui, c’est un très court passage de cette parabole du Bon Berger, qui insiste sur la voix : « Les brebis écoutent ma voix ». Alors, qu’est-ce que c’est que cette voix de Dieu qui retentit et comment on peut l’entendre ?
La voix de Dieu, c’est ce qui nous guide, ce qui nous entraine, ce qui nous console, ce qui nous appelle. L’endroit idéal pour entendre la voix de Dieu, – il y a d’autre forme, on peut aussi entendre l’appel de Dieu ou le signe que Dieu nous fait, chez les autres, par des gestes, etc… mais par excellence – c’est quand même la Parole de Dieu, c’est-à-dire nous entendons Dieu qui nous parle par sa Parole, la Bible.
Le Concile Vatican II, il y a 60 ans, nous a exhortés à lire et à méditer la Parole de Dieu. De façon pressante, tous les chrétiens doivent apprendre, par la lecture fréquente des Écritures, la science de Jésus-Christ car comme l’écrit Saint Jérôme, « l’ignorance des Écritures, c’est l’ignorance du Christ ».
Mes brebis écoutent ma voix ! Et c’est vrai qu’il y a cette voix, très particulière de Jésus. Quand on a l’habitude de lire la Bible, tout d’un coup, on finit par reconnaître instinctivement le ton de voix inimitable de Dieu ou de Jésus-Christ qui nous parle, dans sa Parole, quand on lit la Bible ou peut-être même carrément dans notre cœur. Les mots du Christ qui sont uniques, à tel point que quand les gardes du Temple, qui avaient été envoyés pour arrêter le Christ, sont revenus tout penauds, on leur a dit : « Mais pourquoi vous n’avez pas arrêté Jésus ? », « Jamais un homme n’a parlé comme cet homme ! » Et nous le reconnaissons ce ton de voix inimitable, comme les bonnes grosses brebis reconnaissent le ton de voix de leur bon berger, le ton de Jésus-Christ.
Dieu nous parle aussi dans la prière : cette Parole du Christ que nous entendons comme un écho dans notre cœur. Et cette Parole du Christ que nous entendons quand nous prêtons l’oreille de notre cœur dans le silence, cette Parole du Christ que nous entendons dans la prière est vitale : comme le dit le Christ lui-même au diable : « l’homme ne vit pas seulement de pain mais de toute Parole qui sort de la bouche de Dieu. » Nous avons besoin pour notre vie, de cette Parole de Dieu.
Alors, ruminons comme les bonnes grosses brebis, ruminons, non pas simplement l’herbe fraiche mais la Parole de Dieu, digérons-la pour qu’elle puisse nourrir notre vie et que nous puissions reconnaître toujours le ton inimitable de la voix du Christ quand il veut nous parler.
Et alors, nous connaitrons la vérité, et la vérité nous rendra libres. Rien que ça !

1ère lecture

L'Évangile annoncé aux païens

Ac 13, 14.43-52

Écouter

En ces jours-là, Paul et Barnabé poursuivirent leur voyage au-delà de Pergé et arrivèrent à Antioche de Pisidie. Le jour du sabbat, ils entrèrent à la synagogue et prirent place. Une fois l’assemblée dispersée, beaucoup de Juifs et de convertis qui adorent le Dieu unique les suivirent. Paul et Barnabé, parlant avec eux, les encourageaient à rester attachés à la grâce de Dieu. Le sabbat suivant, presque toute la ville se rassembla pour entendre la parole du Seigneur.
Quand les Juifs virent les foules, ils s’enflammèrent de jalousie ; ils contredisaient les paroles de Paul et l’injuriaient. Paul et Barnabé leur déclarèrent avec assurance : « C’est à vous d’abord qu’il était nécessaire d’adresser la parole de Dieu. Puisque vous la rejetez et que vous-mêmes ne vous jugez pas dignes de la vie éternelle, eh bien ! nous nous tournons vers les nations païennes. C’est le commandement que le Seigneur nous a donné : J’ai fait de toi la lumière des nations pour que, grâce à toi, le salut parvienne jusqu’aux extrémités de la terre. »
En entendant cela, les païens étaient dans la joie et rendaient gloire à la parole du Seigneur ; tous ceux qui étaient destinés à la vie éternelle devinrent croyants. Ainsi la parole du Seigneur se répandait dans toute la région. Mais les Juifs provoquèrent l’agitation parmi les femmes de qualité adorant Dieu, et parmi les notables de la cité ; ils se mirent à poursuivre Paul et Barnabé, et les expulsèrent de leur territoire. Ceux-ci secouèrent contre eux la poussière de leurs pieds et se rendirent à Iconium, tandis que les disciples étaient remplis de joie et d’Esprit Saint.

Enseignement

Qu'est-ce que l'Apocalypse ?

Le frère Pierre de Marolles éclaire pour nous le sens de l’Apocalypse, le dernier livre de la Bible dont est extrait la première lecture de ce dimanche.

Psaume

Fais-moi connaître tes chemins

Ps 99 (100), 1-2, 3, 5

Écouter

Fais-moi connaître tes chemins
Guide-moi dans ta vérité.

Acclamez le Seigneur, terre entière,
servez le Seigneur dans l’allégresse,
venez à lui avec des chants de joie !

Reconnaissez que le Seigneur est Dieu :
il nous a faits, et nous sommes à lui,
nous, son peuple, son troupeau.

Oui, le Seigneur est bon,
éternel est son amour,
sa fidélité demeure d’âge en âge.

Interprété par le Choeur Saint Ambroise, Paris

2ème lecture

La joie éternelle des rachetés

Ap 7, 9.14-17

Écouter

Moi, Jean, j’ai vu : et voici une foule immense, que nul ne pouvait dénombrer, une foule de toutes nations, tribus, peuples et langues. Ils se tenaient debout devant le Trône et devant l’Agneau, vêtus de robes blanches, avec des palmes à la main.
L’un des Anciens me dit : « Ceux-là viennent de la grande épreuve ; ils ont lavé leurs robes, ils les ont blanchies par le sang de l’Agneau. C’est pourquoi ils sont devant le trône de Dieu, et le servent, jour et nuit, dans son sanctuaire. Celui qui siège sur le Trône établira sa demeure chez eux. Ils n’auront plus faim, ils n’auront plus soif, ni le soleil ni la chaleur ne les accablera, puisque l’Agneau qui se tient au milieu du Trône sera leur pasteur pour les conduire aux sources des eaux de la vie. Et Dieu essuiera toute larme de leurs yeux. »

Pour les enfants

Pour Jésus qui sont les brebis ?

Soeur Claire rappelle aux enfants que les brebis du Seigneur sont ceux qui accueillent sa Parole et la mettent en pratique.

Coloriage à imprimer Voir la vidéo
Chant

Jubilez, criez de joie !

Jubilez, criez de joie,
par le Fils et dans l’Esprit,
Dieu nous ouvre un avenir !
Jubilez, criez de joie,
Il nous donne par la foi
un amour qui fait grandir.

Rendons grâce à notre Père, car de lui vient toute vie,
pour ce temps de notre terre rayonnant de son Esprit.

Acclamons tous la victoire
de Jésus ressuscité,
il s’élève dans la gloire
où nous sommes appelés.

A l’Esprit qui nous éclaire,
la louange des vivants,
il nous mène vers le Père
qui nous prend pour ses enfants.

Pour l’Église des apôtres,
pour l’Église des martyrs,
pour l’amour donné aux autres,
seul chemin vers l’avenir.

Avec tous ceux qui rayonnent
de la vie des baptisés,
Avec tous ceux qui pardonnent
à ceux qui les ont blessés.

Interprété par la Chorale du Pèlerinage du Rosaire

A. Guillevic/C. Le Marec