Évangile Doux et humble de cœur

  1. Évangile Doux et humble de cœur
  2. Méditation De curieux ignorants
  3. 1ère lecture Le Messie qui vient est un roi humble
  4. Psaume Je bénirai ton nom, Seigneur
  5. 2ème lecture L'Esprit du Christ est en nous

Suivons le Christ transfiguré !

1ère lecture : Gn 12, 1-4a
Psaume : Ps 32 (33), 4-5, 18-19, 20.22
2ème lecture : 2 Tm 1, 8b-10
Evangile : Mt 17, 1-9

dimanche 8 mars 2020

2ème dimanche du Carême
1ère lecture

La vocation d'Abraham

Gn 12, 1-4a

Écouter

En ces jours-là, le Seigneur dit à Abram : « Quitte ton pays, ta parenté et la maison de ton père, et va vers le pays que je te montrerai. Je ferai de toi une grande nation, je te bénirai, je rendrai grand ton nom, et tu deviendras une bénédiction. Je bénirai ceux qui te béniront ; celui qui te maudira, je le réprouverai. En toi seront bénies toutes les familles de la terre. » Abram s’en alla, comme le Seigneur le lui avait dit, et Loth s’en alla avec lui.

Méditation

L'appel s'entend dans la réponse

Écouter

Tout commence par un appel ! Un appel qui peut toucher tout le monde, même à soixante-quinze ans, avec une famille nombreuse, des neveux, des nièces et des troupeaux ! Nous avons trop l’idée qu’il faudrait partir seul, on peut partir en groupe ! Et il n’est même pas nécessaire de savoir où l’on va : seul l’appel est important.
Abraham répond à une parole, il ne fuit pas. Va, quitte ton pays, ta parenté, la maison de ton père, pour le pays que je te montrerai. Tout devient relatif, secondaire pour lui, au point qu’il n’a plus d’autre demeure que cette parole qui l’a descellé, déséquilibré, mis en route. Abraham fait confiance et il s’appuie sur une promesse qui lui communique son dynamisme, son espérance et son horizon.
Par sa démarche, Abraham engage plus que lui-même : il devient le père des croyants. Il engendre une multitude d’hommes et de femmes comme nous, qui se mettent en route sans autre évidence que la parole qui les aimante. C’est par son mouvement qu’Abraham témoigne de la foi qui l’habite. Car ce mouvement n’a pas d’autre explication, pas d’autre raison d’être que l’appel entendu et accueilli. 
Une parole l’affecte, Abraham est devenu différent au point de paraître étrange, pour tous les autres : un étranger. Et pourtant, nous pouvons nous reconnaitre tous en lui. Dans son mouvement d’adhésion à la foi, il devient certes singulier mais il l’est comme un prototype, comme un modèle à imiter. Abraham est un authentique patriarche, une figure tutélaire en laquelle tous les croyants peuvent se reconnaître.
Qui n’a jamais ressenti qu’une parole l’avait rendu différent ?  Et peut-on être chrétien sans se mettre en mouvement, habité par une parole qui devient comme son nouveau pays, son seul et véritable lieu d’enracinement ?
Un Dieu a parlé et « l’appel s’entend dans la réponse ».

Extrait de Marche dans la Bible (2016-2017)

Vidéo de la semaine

Mosaïque de la transfiguration du Monastère Sainte-Catherine du Sinaï

Catherine nous montre une antique mosaïque. Le mystère de la Transfiguration y est admirablement manifesté : le lien entre l’Ancien et le Nouveau Testament, le lien entre le ciel et la terre et la communion entre Dieu et les hommes.

Évangile

La Transfiguration

Mt 17, 1-9

Écouter

En ce temps-là, Jésus prit avec lui Pierre, Jacques et Jean son frère, et il les emmena à l’écart, sur une haute montagne. Il fut transfiguré devant eux ; son visage devint brillant comme le soleil, et ses vêtements, blancs comme la lumière. Voici que leur apparurent Moïse et Élie, qui s’entretenaient avec lui. Pierre alors prit la parole et dit à Jésus : « Seigneur, il est bon que nous soyons ici ! Si tu le veux, je vais dresser ici trois tentes, une pour toi, une pour Moïse, et une pour Élie. »
Il parlait encore, lorsqu’une nuée lumineuse les couvrit de son ombre, et voici que, de la nuée, une voix disait : « Celui-ci est mon Fils bien-aimé, en qui je trouve ma joie : écoutez-le ! » Quand ils entendirent cela, les disciples tombèrent face contre terre et furent saisis d’une grande crainte. Jésus s’approcha, les toucha et leur dit : « Relevez-vous et soyez sans crainte ! » Levant les yeux, ils ne virent plus personne, sinon lui, Jésus, seul.
En descendant de la montagne, Jésus leur donna cet ordre : « Ne parlez de cette vision à personne, avant que le Fils de l’homme soit ressuscité d’entre les morts. »

Psaume

Père, écoute la prière de ton Fils

Ps 32 (33), 4-5, 18-19, 20.22

Écouter

Père, écoute la prière de ton Fils, regarde le visage de ton Fils

Oui, elle est droite, la parole du Seigneur ;
il est fidèle en tout ce qu’il fait.
Il aime le bon droit et la justice ;
la terre est remplie de son amour.

Dieu veille sur ceux qui le craignent,
qui mettent leur espoir en son amour,
pour les délivrer de la mort,
les garder en vie aux jours de famine.

Nous attendons notre vie du Seigneur :
il est pour nous un appui, un bouclier.
Que ton amour, Seigneur, soit sur nous
comme notre espoir est en toi ! 

2ème lecture

Dieu nous appelle à connaître sa gloire

2 Tm 1, 8b-10

Écouter

Fils bien-aimé, avec la force de Dieu, prends ta part des souffrances liées à l’annonce de l’Évangile. Car Dieu nous a sauvés, il nous a appelés à une vocation sainte, non pas à cause de nos propres actes, mais à cause de son projet à lui et de sa grâce. Cette grâce nous avait été donnée dans le Christ Jésus avant tous les siècles, et maintenant elle est devenue visible, car notre Sauveur, le Christ Jésus, s’est manifesté : il a détruit la mort, et il a fait resplendir la vie et l’immortalité par l’annonce de l’Évangile.

Pour les enfants

Trois tentes

Avec les trois disciples, Pierre, Jacques et Jean, accompagnons Jésus en haut de la montagne. Là, comme au bord du Jourdain, Dieu nous montre son fils bien-aimé dans toute sa lumière.

Coloriage à imprimer Voir la vidéo
Chant

Jésus nous croyons

Jésus, nous croyons que tu es présent
en ton Eucharistie.
Nos yeux ne voient qu’un peu de pain
mais la foi nous dit
Que c’est Toi Dieu très Saint.

Ô Jésus coeur brûlant d’amour,
viens embraser mon coeur.
Ô Jésus lumière envoyée par le Père,
viens illuminer mon âme.

Ô Jésus fais-nous entrer dans ta douceur
et dans ta miséricorde.
Donne-nous les sentiments de ton coeur,
ce coeur qui pour nous déborde.

 

En toi seul Jésus est notre espérance,
toi qui éclaires nos coeurs.
Garde-nous fidèles en ta présence,
nous t’adorons Seigneur.

   

   

Interprété par Choeur dans la ville
T et M : Étienne Marcadon