Faire un don

Accueillons la Parole que le Seigneur nous confie ce dimanche. Elle est exigeante cette parole, dérangeante. Elle nous parle de jugement… mais aussi de charité. Je laisse agir l’Esprit Saint pour qu’il purifie mon cœur. Je pourrai alors comprendre ce que Le riche et le pauvre Lazare de la parabole veulent m’enseigner.


Voir première lecture, deuxième lecture et psaume

Evangile

Luc 16, 19-31

En ce temps-là, Jésus disait aux pharisiens : « Il y avait un homme riche, vêtu de pourpre et de lin fin, qui faisait chaque jour des festins somptueux. Devant son portail gisait un pauvre nommé Lazare, qui était couvert d’ulcères. Il aurait bien voulu se rassasier de ce qui tombait de la table du riche ; mais les chiens, eux, venaient lécher ses ulcères. Or le pauvre mourut, et les anges l’emportèrent auprès d’Abraham. Le riche mourut aussi, et on l’enterra. Au séjour des morts, il était en proie à la torture ; levant les yeux, il vit Abraham de loin et Lazare tout près de lui. Alors il cria : ‘Père Abraham, prends pitié de moi et envoie Lazare tremper le bout de son doigt dans l’eau pour me rafraîchir la langue, car je souffre terriblement dans cette fournaise. – Mon enfant, répondit Abraham, rappelle-toi : tu as reçu le bonheur pendant ta vie, et Lazare, le malheur pendant la sienne. Maintenant, lui, il trouve ici la consolation, et toi, la souffrance. Et en plus de tout cela, un grand abîme a été établi entre vous et nous, pour que ceux qui voudraient passer vers vous ne le puissent pas, et que, de là-bas non plus, on ne traverse pas vers nous.’ Le riche répliqua : ‘Eh bien ! père, je te prie d’envoyer Lazare dans la maison de mon père. En effet, j’ai cinq frères : qu’il leur porte son témoignage, de peur qu’eux aussi ne viennent dans ce lieu de torture !’ Abraham lui dit : ‘Ils ont Moïse et les Prophètes : qu’ils les écoutent ! – Non, père Abraham, dit-il, mais si quelqu’un de chez les morts vient les trouver, ils se convertiront.’ Abraham répondit : ‘S’ils n’écoutent pas Moïse ni les Prophètes, quelqu’un pourra bien ressusciter d’entre les morts : ils ne seront pas convaincus.’ » 

Méditation

Sauter le pas
par Frère Franck Dubois
Écouter la méditation

Stop ! on ne passe pas. On ne saute pas allègrement au-dessus de l’abîme. Oh, certes, pas l’abîme qui sépare la mort de la vie, non. Le riche conçoit, tout naturellement, que Lazare, déjà mort, puisse revenir chez les vivants pour prévenir son monde du péril encouru : convertissez-vous, ou ça va chauffer ! Ça communique entre morts et vifs. C’est un tout autre abîme qui semble infranchissable : celui qui sépare le riche et le pauvre, le maudit et le béni. Un abîme qui concerne les morts, qui sépare les cieux, où reposent les justes, de l’enfer où sont tourmentés les damnés. Abraham, en tous cas, ne peut le traverser, malgré les cris du riche, ni dans un sens, ni dans l’autre.
« Prends pitié de moi ! » Jésus lui aussi entend ce cri, et comme pour Abraham, ses entrailles en frémissent. Peux-tu franchir, Jésus, ce fossé terrible qui fige l’homme dans le piège de son péché ? N’es-tu pas plus puissant que notre père Abraham ? Je le crois, toi qui es descendu aux enfers pour en libérer tous les captifs.
Alors continue de crier, toi le riche, et repends-toi de ton aveuglement et de ton manque de charité. Il vient, celui que le sein d’Abraham ne peut contenir. Il passe, celui qu’aucun abîme ne pourra arrêter. Continue de crier : « miséricorde ! » pour toi et pour tes frères, et si tu veux, je te prêterai ma voix, pour se joindre à la tienne.
« Miséricorde ! » Car rien n’est impossible à Dieu.

Chant

Dieu est Amour
Écouter le chant

Dieu est Amour,
Qui demeure dans l’Amour,
demeure en Dieu et Dieu demeure en lui. 

Si je parlais toutes les langues des hommes
Et même celle des anges
Mais s’il me manquait l’Amour,
Je serais comme un cuivre qui résonne,
Une cymbale qui retentit. 

Et si j’avais le don de prophétie
Et si je connaissais tous les mystères et toute science
Et si j’avais la foi à transporter les montagnes,
Mais s’il me manquait l’Amour,
Je serais comme le souffle qui s’en va sans retour
Et je ne serais rien. 

Quand j’étais un enfant, je parlais comme un enfant,
Je raisonnais comme un enfant,
Une fois devenue homme, l’enfant a disparu.
Maintenant nous voyons dans un miroir,
Mais quand viendra la plénitude,
Nous verrons Dieu face à face.
Maintenant ma connaissance est limitée,
Mais quand viendra la plénitude
Je connaîtrai le Seigneur comme je suis connu de lui.
Maintenant sur le chemin de la foi,
Nous marchons dans l’espérance,
Dès maintenant nous demeurons dans l’Amour
Car au-dessus de tout, il y a l’Amour.

Interprété par les Moniales dominicaines de Beaufort


Cette semaine, j’ouvre les yeux. Avec l’aide de l’Esprit Saint, je deviens clairvoyant. J’entends mon prochain qui appelle en silence, je vois le pauvre qui réclame, je me fais des amis pour l’éternité !

Cette méditation vous éclaire ?

Partagez cette méditation avec vos proches

Asset 1 Partager

Écoutez l'intégralité de l'épisode sur votre plateforme de podcast préférée

Autres méditations

Découvrez la Parole de Dieu proche de vous, grâce à un frère ou une sœur dominicains

Voir toutes les méditations

À vous la parole

11 commentaires

Rédiger un commentaire

« Quel cadeau que ces méditations.! Quelle grâce! Ça fait du bien à l' âme. Grand merci. Que Jésus vous bénisse et vous garde! »

Lire la suite

Nicole - 26 septembre 2022 - 19:43

« Merci infiniment pour cette belle célébration et surtout pour la nouvelle présentation plus aérée, plus lumineuse et plus musicale grâce aux moniales de Beaufort.
Je suis une habituée depuis lo... »

Lire la suite

andree besner - 25 septembre 2022 - 4:50

« Bonjour : Étant un fidèle de Dimanche dans la Ville , je m'aperçois que vous avez changer votre formule et comme souvent ont ne pense pas aux personnes qui ne connaisses pas assez l'informatique ... »

Lire la suite

Christian . R - 22 septembre 2022 - 11:22

« pourquoi le jeudi avoir change pour obtenir comme avant la messe de dimanche comment faire j ai 86 ans on m a montre comment faire et voila c est caduque. tenez compte des gens âgés et dites moi com... »

Lire la suite

grandaudmouky - 22 septembre 2022 - 10:48

« Merci pour ce dimanche dans la ville et surtout merci aux Frères et aux Soeurs Dominicains. Juste une chose, pourquoi les versets des Psaumes ne sont pas chantés entièrement ?
Anne Marie »

Lire la suite

anne marie - 22 septembre 2022 - 10:33

« C’est vrai… mais encore faut il espérer qu’il reconnaîtra Jésus qui vient le visiter et ne lui fermera pas la porte au nez en se disant, gonflé et aveuglé par son orgueil, au milieu de tous... »

Lire la suite

Thérèse - 22 septembre 2022 - 8:47

-0:00