Évangile Jean Baptiste et Jésus

  1. Évangile Jean Baptiste et Jésus
  2. Méditation Une baraque de chantier
  3. 1ère lecture Les merveilles du salut à venir
  4. Psaume Bienheureux les coeurs purs
  5. 2ème lecture Ayez de la patience
  6. Chant Quand vient la plénitude

Es-tu celui qui doit venir ?

1ère lecture : Is 35, 1-6a.10
Psaume : Ps 145, 7, 8, 9ab.10a
2ème lecture : Jc 5, 7-10
Evangile : Mt 11, 2-11

dimanche 15 décembre 2019

3ème Dimanche de l’Avent
Évangile

Jean Baptiste et Jésus

Mt 11, 2-11

Écouter

En ce temps-là, Jean le Baptiste entendit parler, dans sa prison, des œuvres réalisées par le Christ. Il lui envoya ses disciples et, par eux, lui demanda : « Es-tu celui qui doit venir, ou devons-nous en attendre un autre ? » Jésus leur répondit : « Allez annoncer à Jean ce que vous entendez et voyez : Les aveugles retrouvent la vue, et les boiteux marchent, les lépreux sont purifiés, et les sourds entendent, les morts ressuscitent, et les pauvres reçoivent la Bonne Nouvelle. Heureux celui pour qui je ne suis pas une occasion de chute ! »
Tandis que les envoyés de Jean s’en allaient, Jésus se mit à dire aux foules à propos de Jean : « Qu’êtes-vous allés regarder au désert ? un roseau agité par le vent ? Alors, qu’êtes-vous donc allés voir ? un homme habillé de façon raffinée ? Mais ceux qui portent de tels vêtements vivent dans les palais des rois. Alors, qu’êtes-vous allés voir ? un prophète ? Oui, je vous le dis, et bien plus qu’un prophète. C’est de lui qu’il est écrit : Voici que j’envoie mon messager en avant de toi, pour préparer le chemin devant toi. Amen, je vous le dis : Parmi ceux qui sont nés d’une femme, personne ne s’est levé de plus grand que Jean le Baptiste ; et cependant le plus petit dans le royaume des Cieux est plus grand que lui. »

Méditation

Une baraque de chantier

Écouter

Inutile de nous bercer de trop d’illusions, vivre avec Dieu, c’est être au milieu d’un chantier. Ce monde est un chantier. Ma foi elle-même est un chantier ! Est-ce exagéré ? Faut-il vraiment le démontrer ? L’histoire passée et présente du monde, nos vies et notre quête de la vérité ne suffisent-elles pas à faire comprendre que nous allons de constructions en démolitions, de démolition en reconstruction ? Ce chantier use d’ailleurs bien des êtres englués dans la boue des soucis ou l’angoisse des lendemains. L’épuisement en guette plus d’un, à l’usine, au bureau, en famille, en paroisse aussi. C’est comme si le monde se remplissait de blessés et fabriquait des êtres standardisés, exploités, malmenés ou juste ignorés.
Parfois même, le vertige s’invite quand nos choix nous conduisent sur des chemins périlleux, à l’affût de sensations fortes ou d’émotions faciles : faut-il avancer, reculer ? Renoncer ? Sans compter les violents, les mafieux, les ambitieux ou simplement les ignorants et les révoltés qui mettent le chantier du monde en effervescence. Sans compter l’angoisse de cette douloureuse rengaine : « à quoi tout cela mène-t-il ? »
C’est la question du sens que nous posons, la question de la rédemption, en somme. Nous la percevons dans ce cri angoissé de Jean-Baptiste, enfermé dans une prison qui figure nos propres enfermements : « es-tu celui qui doit venir ? », lance-t-il au Christ. Comme pour reprendre la clameur, le besoin de libération, de restauration de toutes les générations avant lui et après lui. Rien de plus naturel que de demander cette rénovation, l’avènement du monde comme une demeure de paix, la renaissance véritable pour chaque personne. Dieu veut répondre à notre appel. Il vient habiter parmi nous. Mais regardons mieux : au milieu de nous, n’aurait-il pas choisi, pour demeurer, une baraque de chantier ?

Extrait de Avent dans la ville (2016)

1ère lecture

Les merveilles du salut à venir

Is 35, 1-6a.10

Écouter

Le désert et la terre de la soif, qu’ils se réjouissent ! Le pays aride, qu’il exulte et fleurisse comme la rose, qu’il se couvre de fleurs des champs, qu’il exulte et crie de joie ! La gloire du Liban lui est donnée, la splendeur du Carmel et du Sarone. On verra la gloire du Seigneur, la splendeur de notre Dieu. Fortifiez les mains défaillantes, affermissez les genoux qui fléchissent, dites aux gens qui s’affolent : « Soyez forts, ne craignez pas. Voici votre Dieu : c’est la vengeance qui vient, la revanche de Dieu. Il vient lui-même et va vous sauver. »
Alors se dessilleront les yeux des aveugles, et s’ouvriront les oreilles des sourds. Alors le boiteux bondira comme un cerf, et la bouche du muet criera de joie. Ceux qu’a libérés le Seigneur reviennent, ils entrent dans Sion avec des cris de fête, couronnés de l’éternelle joie. Allégresse et joie les rejoindront, douleur et plainte s’enfuient.

Vidéo de la semaine

Suis-je un prophète ?

Le frère Adrien Candiard nous rappelle que nous sommes tous prophètes dès lors que nous laissons déborder de notre coeur l’expérience bouleversante de la présence de Dieu. Ce que je suis, ce qu’est le prophète Jérémie, ce qu’est Jean-Baptiste : celui que le Christ envoie comme messager.

Psaume

Bienheureux les coeurs purs

Ps 145, 7, 8, 9ab.10a

Écouter

Bienheureux ceux qui cherchent la paix,
Bienheureux les cœurs purs car ils verront Dieu

Le Seigneur fait justice aux opprimés ;
aux affamés, il donne le pain ;
Le Seigneur délie les enchainés.

Le Seigneur ouvre les yeux des aveugles ;
le Seigneur redresse les accablés ;
Le Seigneur aime les justes.

Le Seigneur protège l’étranger,
il soutient la veuve et l’orphelin ;
Le Seigneur est ton Dieu pour toujours.

2ème lecture

Ayez de la patience

Jc 5, 7-10

Écouter

Frères, en attendant la venue du Seigneur, prenez patience. Voyez le cultivateur : il attend les fruits précieux de la terre avec patience, jusqu’à ce qu’il ait fait la récolte précoce et la récolte tardive. Prenez patience, vous aussi, et tenez ferme car la venue du Seigneur est proche. Frères, ne gémissez pas les uns contre les autres, ainsi vous ne serez pas jugés. Voyez : le Juge est à notre porte. Frères, prenez pour modèles d’endurance et de patience les prophètes qui ont parlé au nom du Seigneur.

Pour les enfants

Jean-Baptiste dans le désert

Jean-Baptiste annonce à tous la venue prochaine de Jésus. Quelle belle nouvelle !

Coloriage à imprimer Voir la vidéo
Chant

Quand vient la plénitude

Quand vient la plénitude des temps fixés par Dieu,
le Père envoie sur terre son Fils, pour nous sauver.
Marie, l’humble servante, le donne à l’univers ;
par elle, Dieu témoigne de son amour pour nous.

Jésus, Sauveur du monde, prend chair en notre chair,
naissant parmi les pauvres, vivant au milieu d’eux.
Qu’il donne à son Église, l’esprit de pauvreté,
pour vivre l’Évangile, selon sa volonté.

 

Sachons le reconnaître, présent dans notre vie ;
au cœur de notre monde, crions à pleine voix.
Que Dieu reste fidèle malgré notre péché ;
il est pour tous les hommes, amour et vérité.

 


Interprété par 
les frères dominicains

Texte : JP. Lécot – Musique : Vieux Noël du XVIIème siècle