Évangile Parabole des vignerons meurtriers

  1. Évangile Parabole des vignerons meurtriers
  2. Méditation Lorsque tu parles aux pharisiens...
  3. 1ère lecture Le Seigneur est déçu par sa vigne bien-aimée
  4. Psaume Nous sommes ta vigne, Seigneur de l'univers
  5. 2ème lecture Dieu donne sa paix à ceux qui sont fidèles
  6. Chant Insondable la tendresse

Vigne du Seigneur

1ère lecture : Is 5, 1-7
Psaume : Ps 79, 9-10, 13-14, 15-16a, 19-20
2ème lecture : Ph 4, 6-9
Evangile : Mt 21, 33-43

dimanche 4 octobre 2020

27ème dimanche ordinaire
Évangile

Parabole des vignerons meurtriers

Mt 21, 33-43

Écouter

En ce temps-là, Jésus disait aux grands prêtres et aux anciens du peuple : « Écoutez cette parabole : Un homme était propriétaire d’un domaine ; il planta une vigne, l’entoura d’une clôture, y creusa un pressoir et bâtit une tour de garde. Puis il loua cette vigne à des vignerons, et partit en voyage. Quand arriva le temps des fruits, il envoya ses serviteurs auprès des vignerons pour se faire remettre le produit de sa vigne. Mais les vignerons se saisirent des serviteurs, frappèrent l’un, tuèrent l’autre, lapidèrent le troisième. De nouveau, le propriétaire envoya d’autres serviteurs plus nombreux que les premiers ; mais on les traita de la même façon. Finalement, il leur envoya son fils, en se disant : ‘Ils respecteront mon fils.’ Mais, voyant le fils, les vignerons se dirent entre eux : ‘Voici l’héritier : venez ! tuons-le, nous aurons son héritage !’ Ils se saisirent de lui, le jetèrent hors de la vigne et le tuèrent. Eh bien ! quand le maître de la vigne viendra, que fera-t-il à ces vignerons ? » On lui répond : « Ces misérables, il les fera périr misérablement. Il louera la vigne à d’autres vignerons, qui lui en remettront le produit en temps voulu. »
Jésus leur dit : « N’avez-vous jamais lu dans les Écritures : La pierre qu’ont rejetée les bâtisseurs est devenue la pierre d’angle : c’est là l’œuvre du Seigneur, la merveille devant nos yeux ! Aussi, je vous le dis : Le royaume de Dieu vous sera enlevé pour être donné à une nation qui lui fera produire ses fruits. »

Méditation

Lorsque tu parles aux pharisiens...

Écouter

Lorsque tu parles aux pharisiens, nos frères de sang, Seigneur, tu n’y vas pas avec le dos de la cuillère. Ils devraient pourtant se douter que ta parole a le tranchant de la parole de Dieu. « Vous voulez accaparer l’héritage en tuant l’héritier ? Allez-y, tuez-le. Mais c’est mal connaître Dieu ! »
Ils n’ont pas compris, ces lettrés, que l’héritage et l’héritier sont la même réalité. Tu es la vigne, et l’héritier, mais aussi l’héritage, toi Dieu qui se donne, toi le don de Dieu. En tuant l’héritier, l’héritage échappe à la mort et revient à ceux qui ont toujours eu ta préférence, les petits, qui n’ont rien que leurs mains pour mendier et prier.
Ils oublient, ces lettrés, que de toujours à toujours, tu es un Dieu vagabond, surprenant, qui préfère la compagnie des exilés à l’heure où les gens bien se réunissent dans le temple pour se protéger des envahisseurs*. Ont-ils oublié que tu aimes la compagnie de Ruth**, l’étrangère, ou de Rahab, la prostituée de Jéricho*** ? Comprennent-ils que tu te promènes avec ton peuple sous une tente, afin de pouvoir l’accompagner partout où il va, même dans ses détours et ses bouderies, même s’il met quarante ans à parcourir un désert que l’on peut traverser en moins d’un mois ?
Même s’ils oublient, toi tu es fidèle. Et tu aimes évidemment aussi beaucoup ces pharisiens et ces grands prêtres qui n’y comprennent rien, attendant patiemment l’heure bénie où eux aussi tendront des mains de mendiants pour recevoir l’héritage qui leur est promis : toi, le Fils, qui se donne, à tous.

* Livre d’Ezéchiel, chap 9 et 10
** Livre de Ruth ; Evangile de Jésus-Christ selon saint Matthieu, chap 1, verset 5
*** Livre de Josué chap 2 ; Évangile selon saint Matthieu chap 1, verset 5

Extrait de Signes dans la Bible (2014-2015)

1ère lecture

Le Seigneur est déçu par sa vigne bien-aimée

Is 5, 1-7

Écouter

Je veux chanter pour mon ami le chant du bien-aimé à sa vigne. Mon ami avait une vigne sur un coteau fertile. Il en retourna la terre, en retira les pierres, pour y mettre un plant de qualité. Au milieu, il bâtit une tour de garde et creusa aussi un pressoir. Il en attendait de beaux raisins, mais elle en donna de mauvais.
Et maintenant, habitants de Jérusalem, hommes de Juda, soyez donc juges entre moi et ma vigne ! Pouvais-je faire pour ma vigne plus que je n’ai fait ? J’attendais de beaux raisins, pourquoi en a-t-elle donné de mauvais ? Eh bien, je vais vous apprendre ce que je ferai de ma vigne : enlever sa clôture pour qu’elle soit dévorée par les animaux, ouvrir une brèche dans son mur pour qu’elle soit piétinée. J’en ferai une pente désolée ; elle ne sera ni taillée ni sarclée, il y poussera des épines et des ronces ; j’interdirai aux nuages d’y faire tomber la pluie.
La vigne du Seigneur de l’univers, c’est la maison d’Israël. Le plant qu’il chérissait, ce sont les hommes de Juda. Il en attendait le droit, et voici le crime ; il en attendait la justice, et voici les cris.

Vidéo de la semaine

La prière du chapelet, c'est biblique ?

Le chapelet, une prière pour demeurés qui rabâchent les mêmes sempiternels « je vous salue, Marie » ?
Le frère Thomas-Marie et le frère Emmanuel nous expliquent comment la prière du rosaire est inscrite dans la tradition biblique, comment elle éclaire les mystères du Christ présentés par l’Évangile, comment elle nous permet d’utiliser le geste et la respiration pour nourrir et incarner notre mouvement vers Dieu.
La semaine prochaine, se déroule à Lourdes le pèlerinage du Rosaire organisé par les Dominicains : soyons tous en union de prières les uns avec les autres, avec le chapelet, par exemple !

Psaume

Nous sommes ta vigne, Seigneur de l'univers

Ps 79, 9-10, 13-14, 15-16a, 19-20

Écouter

Nous sommes ta vigne, Seigneur de l’univers,
nous sommes ton peuple.

La vigne que tu as prise à l’Égypte,
tu la replantes en chassant des nations.
Tu déblaies le sol devant elle,
tu l’enracines pour qu’elle emplisse le pays.

Pourquoi as-tu percé sa clôture ?
Tous les passants y grappillent en chemin ;
le sanglier des forêts la ravage
et les bêtes des champs la broutent.

Dieu de l’univers, reviens !
Du haut des cieux, regarde et vois :
visite cette vigne, protège-la,
celle qu’a plantée ta main puissante,

Jamais plus nous n’irons loin de toi :
fais-nous vivre et invoquer ton nom ! 
Seigneur, Dieu de l’univers, fais-nous revenir ;
que ton visage s’éclaire, et nous serons sauvés.

2ème lecture

Dieu donne sa paix à ceux qui sont fidèles

Ph 4, 6-9

Écouter

Frères, ne soyez inquiets de rien, mais, en toute circonstance, priez et suppliez, tout en rendant grâce, pour faire connaître à Dieu vos demandes. Et la paix de Dieu, qui dépasse tout ce qu’on peut concevoir, gardera vos cœurs et vos pensées dans le Christ Jésus. Enfin, mes frères, tout ce qui est vrai et noble, tout ce qui est juste et pur, tout ce qui est digne d’être aimé et honoré, tout ce qui s’appelle vertu et qui mérite des éloges, tout cela, prenez-le en compte. Ce que vous avez appris et reçu, ce que vous avez vu et entendu de moi, mettez-le en pratique. Et le Dieu de la paix sera avec vous.

Pour les enfants

Explique-moi la prière du Je vous salue Marie (Partie 3)

Cette semaine, nous fêtons Notre Dame du Rosaire, c’est l’occasion pour le frère Antoine de nous expliquer la troisième partie du Je vous salue Marie.

Coloriage à imprimer Voir la vidéo
Chant

Insondable la tendresse

Insondable la tendresse
de mon Seigneur pour sa Vigne,
Car la Vigne véritable,
C’est Jésus livré pour nous.
Soyez vraiment mes disciples,
aimez-vous les uns les autres,
comme je vous ai aimés.

Grande la miséricorde
de mon Seigneur pour sa Vigne,
comme un Cep, il donne sève
aux sarments greffés sur Lui.
Ma Parole vous émonde,
portez fruit dans la lumière,
demeurez dans mon amour.

Merveilleuse l’espérance
de mon Seigneur pour sa Vigne,
il l’amena de l’Égypte,
lui prépara une place,
il leur ouvrit une route
jusqu’à la terre promise,
Il attendait leur amour.

Innombrable la patience
de mon Seigneur pour sa Vigne,
Il en fixa la clôture,
épierrant leurs cœurs rebelles,
s’éloignant de sa tendresse,
ils servirent d’autres maitres,
Lui attendait leur retour.

Inlassable la clémence
de mon Seigneur pour sa Vigne,
Quand les vignerons tuèrent
les serviteurs de leur Maître,
Il livra son Fils Unique
qui nous ouvre l’héritage,
qui nous offre le pardon.

Ineffable l’allégresse
de mon Seigneur pour sa Vigne,
Son amour est notre fête
et sa joie est notre joie,
Par le Fils qui nous rassemble,
gloire au Père qui nous donne
sans mesure l’Esprit Saint.

 


Interprété par les frères dominicains

Choral tiré du recueil de Darmstadt
Texte : Fr. D. Cerbelaud